AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
" Intrigues mises en place " ;; bal, sorties à pré au lard annulés pour raisons d'enlèvements et de meurtres sordides d'élèves de Poudlard. "

Partagez | 
 

 Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Hey mais c'est Alan Capp
    Mangemort | Adepte de Voldemort


Messages : 42
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Sam 14 Nov - 15:17

"Heaven is wrapped in chains"
C.B.

&"&"&"&"

Ce jour là. Enfin arrivé. Alan ne le montrait pas, bien entendu. Mais il était angoissé. Son Maitre était imprévisible. Saurait-il se satisfaire de la vie entière de son fils qu'il lui offrait, ou bien voudrait-il plus ? Lui accorderait-il ne serais-ce qu'un semblant de pardon ? Il ne savait pas. Il imaginait toutes les situations possibles et immaginables. En un sens, en cet instant, alors qu'il s'habillait, il se rapprochait d'un père moldu qui va présenter son fils au collège privé où il l'a inscrit, dans l'espoir qu'il devienne quelqu'un de brillant. Un avocat. Un homme de droit. Un homme d'affaires...Sauf que pour Alan, quelqu'un de brillant était un homme assassin. Quelqu'un qui tuerai et torturerai toute sa vie. Mathew avait pour destinée de reprendre le manoir Capp. Si sa vie se passait comme il l'avait prévu, il continuerai sa scolarité à Poudlard, deviendrait apprenti Mangemort, puis Mangemort. Il s'installerai dans le manoir, il se marierai avec une seng pur, et aurait des enfants. Ainsi sa lignée ne s'éteindrai pas. Non, jamais. C'était le destin rêvé pour toute famille à sang pur. Même si la salissure qu'il avait comise en créant Mathew avec une moldue était innéfacable. Tant pis. C'était fait. Il n'y avait pas moyen de revenir en arrière. Et Alan le savait pertinemment. Il aurait du être rongé par les remords, mais il n'y parvenait pas. Il ne pouvait être dégouté d'avoir aimé le si beau visage, la voix douce, les jolies manières d'Ariane. Non, impossible. Mais ils 'efforçait de ne jamais y penser. Jamais. Il était prêt. Il sortit de son dressing et se rendit dans sa chambre d'enfant, qui était à présent celle de Mathew. Il alluma la lumière et alla secouer son fils, endormi. Il ne s'arrêta pas sur la candeur du visage de son enfant, et gromela, de plus en plus tendu :

-Réveille-toi Mathew. Mange un morceau, habille-toi et ne discute pas. Nous avons beaucoup à faire aujourd'hui.

Il vit la petite tête brune de son fils tenter d'émerger du sommeil, et lui adressa un regard dur. Il sortit de la chambre, et alla veiller à ce que tous les sortilèges anti-moldus soient efficaces pendant son absence. Il ne savait combien de temps durerai cette entrevue. Le Seigneur était imprévisible. Le recevrait-il d'ailleurs ? Il pouvait avoir décidé qu'il avait mieux à faire ce jour là. Auquel cas il devrait attendre. Attendre longuement dans le repère des Mangemorts. Il y aurait peut-être Boyan, d'ailleurs. Avait-il retrouvé sa fille ? Il n'en savait rien. Il regrettait d'ailleurs de ne pas avoir de nouvelles de lui. En espérant qu'il ne s'était fait choper par aucun Auror.
Trentes minutes plus tard, Alan trouva son fils encore un peu dans les vappes, fagoté comme un sac, en train de tremper une tartine dans son chocolat chaud. Sans se soucier de 'sil avait mangé à sa faim, il l'empoigna par le bras, arrangea légèrement sa tenue, lui fit enfiler une veste, vérifia une dernière fois le manoir, et transplana.
Ils arrivèrent dans cet endroit sombre, au milieu de nulle part, dont personne (sauf Queudver peut-être) ne connait tous les recoins. Ici, ca pue la mort, l'alcool par certains endroit, et très souvent, le sang. Si des Aurors sont arrivés ici, ils ne sont plus là pour le raconter. Pareil pour tous ces adeptes stupides de Dumbledore. L'Ordre du Phénix. Stupide. Enfin. Ce n'était pas le problème d'Alan ce matin. Empoigna fermement son fils par la main, sans lui laisser le temps de dire la moindre chose, et l'entraina vers la pièce où il avait "rendez-vous" avec le Seigneur des Ténèbres. La porte était entrouverte. Il s'avança, regardant furtivement le sol, dans l'espoir d'apercevoir l'ondulation d'un serpent. Mais il ne vit rien. Il ne vit que le feu crépiter dans la cheminée en face de lui, à moitié cachée par un fauteuil. Alan prit une grande inspiration, lacha la main de son fils, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Mathew Capp
    ▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

Messages : 704
Date d'inscription : 20/08/2009

| Ma vie, Mon oeuvre |
Expérience [%]:
0/0  (0/0)
Un mot à dire... ?:
" Relations ":

MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Sam 14 Nov - 19:59

To be or not to be...



Is really the question?

Je ne sais pas... Mes pensées tourbillonent. Je revis éternellement la scène d'hier, je ressens toujours la même douleur et je me voit tel que je le suis réellement: un lâche. Mais je ne suis qu'un enfant et je ne peux pas lui résister. & l'amour qui est contenu dans mon petit coeur explose. Je sais que je l'aime. C'est mon père après tout. Mais je ne peux m'empêcher de le haïr également. Tait toi gamin. Tu ne lui résiste plus. Non... Je suis un enfant soumis. Je suis un enfant soumis... Je ne sais pas depuis combien de temps je suis inconscient. Pas trop longtemps me souffle mon corps encore endoloris. Non pas trop longtemps.

Je sentit que l'on me tirait des bras de Morphée. Non! Je veux rester dans cette étreinte chaleureuse et si facile d'accès. Non... Mais voilà je sors de mon sommeil profond. A vrai dire père n'est pas quelqu'un de facile. Il me hurle qu'on a des tas de choses à faire et que je dois m'habiller et manger. Alors la couette glisse. Je remarque qu'il a soigné mes blessures. Hum... Le parquet grince sous mes pieds nus. Je suis en pyjama... Que fais-je dans un pyjamas qui en plus ne m'appartient pas? Le mystère reste entier. Je me change très rapidement. Une chemise par ci et un pantalon par là. Je dois vraiment avoir l'air de rien. J'ouvre la porte et descend. C'est vraiment immense ici! Nous sommes dans un manoir familiale j'en suis sûr. C'est celui dont à parler papa. La cuisine n'existe pas vraiment. Enfin si... Mais il n'y a pas de table pour y manger. C'est ce genre de cuisine où seul mettent les pieds les elfes de maisons. Je suis dans cette cuisines. Elle n'est pas à ma taille. Non en fait elle n'est pas à la taille d'un humain. Soudain derrière moi j'entend un son étouffé. Comme un souffle horrifié venant d'une petite créature. Je me retourne lentement.

-Jeune maître que faite vous là!!!! Il n'est pas séant de vois un sorcier de votre rang dans une cuisine...

Franchement je ne sais pas quoi dire. Vraiment pas. D'abord parce que je n'ai jamais eu de conversation sérieuse avec un elfe de maison et ensuite car je ne sais pas du tout comment réagir.

-Euh... Je venais juste chercher à manger...

L'elfe à l'air horrifié. Il... Je ne sais pas c'est peut être elle.. Il me regarde les yeux rond. J'ai sûrement l'air d'un parfait imbécile. Je ne sais pas. Je m'en fous en fait. Mathew dit donc t'es devenu blasé! Oui... Depuis hier je n'attends plus rien de la vie. Mes rêves se sont évanoui pour faire place à ceux de mon père et mon désir d'être heureux à été détruit. J'ai payer très chèrement mes erreurs... Oh oui...

-Mais... Je m'appelle Fog. Je suis sensé vous apporter à manger et vous donnez vos vêtements... Jeune maître cette tenue est vraiment...

&il se jette sur le sol en se frappant la tête et hurlant: "pas dire du mal pas dire du mal pas dire du mal...". Dans un élan de bonté je me jette vers lui. J'ai beau être blasé, je sais parfaitement que je n'aurais pas le courage de le regarder souffrir sans rien dire.

-Hey stop! C'est bon c'est pas grave...

Il me regarde encore bizarrement. Pauvre Fog, il doit être habitué à de la dureté. Il n'en aura pas avec moi. Doucement il me reconduis dans une immense salle à manger. Ce genre de salle où l'on voit bien une vielle famille noble mangé, chaque convive à trois mètre de l'autre. Ne voulant pas m'épuiser à traverser cette immense pièce au sol de marbre je m'assoie en bout de table. Fog me fait signe de ne pas bouger, un sourire encore surpris sur les lèvres. Il revient à peine de minutes plus tard. J'ai de la peine pour lui. Sa situation n'a rien d'enviable à la mienne, elle est peut être pire mais... Je pense tout de même que je préfèrerais être à sa place. Pauvre Math.... Pauvre enfant. Je regarde vaguement les tartines qu'il me présente et les trempe sans y faire attention dans le chocolat au lait qu'il vient de poser devant moi. Il est bon. Tout est bon. Mais je n'y ait plus goùt. Je sais parfaitement ce que mon père veut faire...

Me présenter à Lord Voldemort. Mon ventre se tord horriblement. J'ai mal. Je peine tellement à avaler mes tartines que je me demandes si je vais pouvoir finir. Plus le temps de toutes façons. Père est là. Il me regarde, m'enfile rapidement une veste. Il est tendu je le sens. L'empathie. Ce don que nous avons en commun je crois... On transplane. C'est comme la première fois que je l'ai fait. Ca fait mal... La première fois... Cette fois où j'ai craqué, cette fois où stupide gamin j'ai essayé de transplané alors que je n'en avait absolument pas l'âge et pas du tout plus de technique. Forcément je me suis désartibulé. Pas beaucoup mais tout de même. Je saignais. & j'ai rencontré Owhen. Mon demi-frère. Le fils de père. J'ai faillit y rester ce jour là. Père ne connais pas l'existence d'Owhen... Tant mieux. & ce n'est pas moi qui ira lui dire. Ca non.

On arrive dans un endroit qui pu la mort&le sang. L'alcool aussi. Les mangemorts sont-ils tous des dépravés? Peut être... Peut être...
On entre... Après plusieurs escaliers et couloirs, père s'arrêta et souffla comme si il voulait se donner du courage. Ma main dans la sienne il me fit entrer. Le feu crépitait dans la cheminé. Des toiles d'araignées pendaient au plafond et des moutons de poussières recouvraient le parquet mal entretenu. Rien à voir avec le manoir des Capp où Fog et peut être d'autre elfes avaient maintenu la propreté. Un frisson me parcouru le corps dressant les poils sur ma nuque. Le seigneur des Ténèbres était devant moi dans un fauteuil. Mais heureusement je ne le voyais pas. Pas encore...

Mon père lacha ma main. Le seigneur des Ténèbres se leva et se tourna vers nous...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Pa...pa?
Pourquoi as-tu...? Pa...pa...

I want to believe in you Invité


Dernière édition par Mathew Capp le Mar 23 Fév - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://style-is-war@hotmail.fr



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Lun 16 Nov - 13:59

Pourquoi le Seigneur des Ténèbres se résignait-il à vivre dans un manoir aussi délabré et sale, alors qu'il lui suffirait de se procurer gratuitement quelques elfes de amisons ou tout simplement de donner l'ordre à un mangemrot de le nettoyer ? C'était une question dont personne ne pourrait certainement jamais apporter une réponse précise, quoique de nombreuses suggestions puissent être faites... Peut-être parce qu'il était bien supérieur aux règles matérielles que se fixaient les mortels ? Ou bien peut-être parce que cela n'était guère important pour lui ? A moins que ce ne soit tout simplement parce qu'il aimait voir cette lueur de peur brillait dans les yeux de ses serviteurs et que celle-ci augmentait sans cesse lorsque l'univers dans lequel ils étaient plongés devenait un lieu cauchemardesque. Lord Voldemort devait avouer qu'il se sentait bien ici, dans l'ancien manoir de sa famille... sa famille ? Un rictus vint étirer un instant les deux extrémités de sa bouche. Il n'avait jamais eu de famille. Celle-ci avait toujours été si indigne qu'il en vint à tuer son père mais ma foi ce ne fut guère une grande perte. Sa mère si elle avait suivi les conseils des Gaunt aurait certainement pu être une grande sorcière mais elle était trop faible, tombé amoureuse d'un moldu... Peu importait de toute façon, lui, Lord Voldemort, était là pour relever leur nom, pour agir en digne héritier de Salazar Serpentard. La victoire était à porté de main il ne restait plus qu'à la saisir et alors le Royaume-Uni serait à lui. Qui pouvait lui faire face ? Qui était assez fou pour s'opposer à sa volonté ? A part un gamin doté d'une chance répugnante ?

Le Seigneur des Ténèbres était assis sur une chaise d'un confort modeste, mais cela ne le génait nullement, et était plongé dans ses pensées, sans doute profitait il de se moment pour planifier tout ce dont il avait besoin pour arriver à ses fins ou alors se contentait-il de mesurer la fidélité de ses mangemorts... quand il put sentir une présence qui avait transplaner non loin de sa demeure. Visiblement ils étaient deux. Alors le Seigneur des Ténèbres fit un imperceptible mouvement de poignée sans prononcer un mot. Le sort se détacha de sa baguette, rampa sous la porte, descendit lentement les amrches dans un silence absolu, il détecta ses proies, attendant que les souris s'immobilise un instant il se divisa et entra simultanément dans la conscience des deux individus. Ces deux-là continuèrent à avancer ne sentant guère la nouvelle connexion qu'il y avait entre eux et le maître noir qui était déjà occupé à les fouiller. Un nouveau rictus vint l'illuminer en reconnaissant l'adulte. Alan Capp... Cela faisait si longtemps... en fait, depuis que ce dernier s'était allié avec une moldue pour donner les deux enfants dont le Seigneur des Ténèbres avait eu une certaine forme de pitié. Mais sa visite ne surprenait guère le maître des Ténèbres après tout il avait toujours su qu'Alan ne pourrait guère rejoindre le camp des moldus et qu'il avait besoin d'action. Oui, avant cette mésaventure il avait été un très bon mangemort. Cela ne signifait nullement que Lord Voldemort se montrerait bon et clément. Si il avait horreur d'une chose c'était certainement la trahison, et puis la bêtise. Alan en était doté d'un nombre si important que le Seigneur des Ténèbres serait bien obligé de le purger. Peut-être alors qu'il redeviendra le bon Capp qui avait jadis existé.... Ou alors il le tuerait un sourire glacial aux lèvres. Tout ce dont il était certain c'était que l'homme ne manquait guère de cran.

Quand à l'autre conscience, elle fut d'abord mystérieuse et inconnue pour le mage noir. Visiblement il s'agissait encore d'un enfant. Peut-être un autre fils qu'aurait eu Alan ? Pourquoi pas et en y réfléchissant c'était la seule option possible. Il avait l'air encore jeune mais étrangement son esprit semblait presque vide, du moins une grosse carapace se lisait en lui. L'ancien mangemort avait fait du bon travail car de toute évidence Mathew était soumis. Complétement maitriser par son père... Lord Voldemort fut un instant étonné, Alan n'avait donc réellement jamais quitté la voie du chemin obscur. Les deux Capp se mirent à gravir les marches du vieux manoir, une peur croissante faisant raisonner leur coeur de plus en plus fort tandis que la distance les éloignant à leur maître se faisait de moins en moins éloignée. Finallement ils atteignirent le seuil de la porte et Alan frappa. Lord Voldemort entrouvrit la porte à l'aide d'un nouveau sort et le père et le fils pénétrèrent à l'intérieur. Alors lentement il se retourna leur faisant face, un sourire cruel et sans joie éclairant son visage.


"Alan mon cher ami, cela faisait si longtemps que je ne t'avais pas vu. Comment va ta très chére et défunte épouse ? Je vois que tu n'as pas perdu de temps pour en trouver une autre."

Bien sûr les mots qu'il venaient de prononcer étaient purement ironique. Oui Lord Voldemort avait été le dernier à voir Madame Capp, le dernier à entendre son dernier soupir, le dernier à voir l'étincelle de vie s'échapper de son regard devenu vitreux. Il l'avait tué et avait récupéré les enfants. S'il conservait cette attitude calme sans user encore de sorts c'était pour savoir les nouveaux sentiments qui poussaient Alan vers l'avant... Après tout il aurait tout le temps de le faire souffrir et cela dans els moments où il s'attendra le moins. Enfin il se tourna vers le jeune garçon.

"Mathew, j'imagine que tu es heureux d'être avec ton père. Toi et lui formez une si belle famille. Mais viens approche, n'est guère peur, je ne te veux aucun mal petit... ou du moins tant que toi et ton père agissez en noble mangemort..."

Nouvelle menace mais cela ne servait à rien, les deux personnes étaient assez terrorisée pour ne rien faire de travers et puis le mage des Ténèbres souhaitait tester les capacités de sa nouvelle recrue.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alan Capp
    Mangemort | Adepte de Voldemort


Messages : 42
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Dim 29 Nov - 13:26

Alan tressaillit. Il avait lachélamain de Mathew et fixait désormais le fauteuil où il devinait la silhouette sombre et fine de son maitre. Que voulait-il à Mathew ? Que voulait-il lui faire, surtout ? Pas le torturer, espérait-il secrètement. D'abord parcequ'il aurait aimé en avoir l'exclusivité, ensuite parcequ'il pensait que Mathew avait déjà eu sa dose hier...Mais aussi...Il supporterai bien moins un endoloris lancé par Voldemort que par lui même. Tout au fond de lui même, il ne voulait pas que l'on fasse du mal à son fils. Cela lui montrait comme il était cruel avec son fils, et cela, il refusait de le voir. Il refusait d'admettre qu'il ressentait de la tendresse pour ce petit. Qu'aurait dit Ariane ? Alan ne devait pas y penser. Enfin bon, s'il le fallait. Il ne protesterait pas. Il avait appris à dire Amen à tout ce que faisait le maitre depuis sa petite enfance. Il baissa la tête en signe de respect vers Lord Voldemort et regarda son f ils avec insistance. Qu'allait-il faire ? Obeir ? Y avait-il encore de la force en lui ? La force de se battre contre lui et le Seigneur des Ténèbres ? De la volonté dans ses yeux pâles ? Ou étais-ce l'allégéance totale qu'il avait gagné depuis qu'il l'avait balancé contre la commode de sa chambre d'hotel miteuse, pas plus tard qu'hier ?
Il ne savait pas. Alan se rendait compte à présent qu'il ne connaissait rien de son fils. Il n'était peut-être pas réellement père. D'ailleurs, un seul Mangemort l'avait-il jamais été ? Un père comme celui la n'était qu'un géniteur, et n'aimait son enfant que par son utilité dans la famille et l'utilité de ses services envers Vous Savez Qui. Une seule trahison et c'était la fin. Prenez le fils Black, par exemple...Heureusement que Bellatrix avait mieux tourné que ses cousins.
Et lui ? Avait-il tout gaché ? Etait-il destiné à rester une sous-espèce de Mangemort parcequ'il avait engrossé une Moldue ? Il n'était pas le premier et surement pas le dernier. Ce n'était pas vraiment cela, la faute. Il tentait tant bien que mal de sauver son honneur en disant qu'il ne l'avait jamais aimée. Et Dieu seul savait -si toutefois Dieu il y avait- combien ce mensonge lui coutait. Et puis, il savait bien que le Seigneur des Ténèbres n'était pas dupe. Il savait tous les mensonges. Lui cacher quelque chose, et plus particulièrement une vérité, était, pour ainsi dire, impossible. Vain, stérile. Cela ne faisait qu'empirer les choses. Alan savait pertinemment à quel point il méprisait chaque être vivant, et combien il se sentait supérieur à toute chose existant en ce bas monde. C'était son Maitre, tout simplement. Il le respectait. Il aimait ses idéaux et les admiraient, il lui avait juré allégéance. D'ailleurs, son père l'avait fait pour lui bien avant sa naissance. Impossible d'échapper à cela lorsqu'on est de sang pur...Voila pourquoi en ce jour, il lui présentait son fils. Son sang. Son fils, pour s'excuser de sa venue au monde. Ou, tout du moins, des circonstances de celle-ci. Si Mathew avait été fils de sorcière au sang pur, il n'y aurait pas vraiment eu besoin d'excuses. Mathew ne serait pas à Serdaigle -même si c'était "moins pire" que Poufsouffle ou Griffondor-, dans ces conditions là. Et il ne serait pas si frêle et pitoyable. Mais l'heure n'était pas aux regrets. On ne change pas le passé. De plus, ca ne voulait pas dire grand chose. La fille de Boyan était sang pur, mais c'était une petite peste de rebelle. Maintenant, il fallait attendre que Mathew se décide, et que Lord Voldemort fasse de même. Alan n'avait jamais été si anxieux de toute sa vie, ou presque. Comme si tout se jouait ici et maintenant. Et pourtant, il ne montrait aucun signe d'un pareil sentiment. Il était comme déconnecté de la réalité, dans cette pièce sombre, chaude et froide à la fois, à l'odeur indescriptible de moisi, de feu et de fleurs séchées...Il aurait du se sentir mal à l'aise, mais il n'y arrivait pas. Trop de stress tue le stress, peut-être ? Alan y réfléchirait, un jour, peut-être, lors d'un séjour à Azkaban, ou autre...En tout cas, pas maintenant. D'une minute à l'autre pouvait se produire un évènement capital pour sa vie et celle de son fils. Cela recquérait totue son attention. Alors Alan attendait. Il n'y avait rien d'autre à faire, rien. Alors attendre, attendre dans le calme, c'était la meilleure solution. Le destin et l'avenir peuvent se jouer maintenant. Alan est prêt. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Mathew Capp
    ▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

Messages : 704
Date d'inscription : 20/08/2009

| Ma vie, Mon oeuvre |
Expérience [%]:
0/0  (0/0)
Un mot à dire... ?:
" Relations ":

MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Dim 29 Nov - 21:15

I think...


You have no right to think. Just obey!


Le seigneur des Ténèbres se tourna majestueusement vers nous. Il était effrayant je ne pouvait que le reconnaître. & maintenant je comprennais vraiment comment des gens pouvaient lui obéir aveuglément. Bien que je ne le veuille absolument pas, il exerçait sur moi une sorte de fascination. & elle me faisait atrocement mal en même temps, piétinant mes désir et mes croyances. Physiquement, rien que le fait qu'il soit là, juste devant moi était une torture. Je le ressentais au niveau de mon estomac surtout. Il se tournait et se retournait me donnant l'envie de vomir, mais je n'osais même pas penser ce qu'il allait se passer si jamais je vomissais devant le maître de mon père. Car oui il n'était pas mon maître. Pas encore... Non. Je ne voulais pas, ne pouvais pas. C'était contre nature. Pas moi. & la peur qui me serrait les entraille me lâcha un peu. Je savais ce que je risquais, j'en mesurais toutes les horreurs, mais je n'étais plus tendu. Allez savoir pourquoi. Le sourire du Lord me laissait tout de même mal à l'aise.

& pauvre gamin soumis que j'étais je n'arrivais même plus à penser correctement. La soumission dit-on n'est pas forcément la meilleure façon d'obtenir tout ce qu'on veut. J'en étais l'exemple vivant. Mon esprit lâche avait beau me dire d'avoir peur, je n'avais plus de réaction. J'étais devenu ce légume vivant. & le pire je crois ait que j'en avait conscience. Oui j'étais parfaitement conscient de ce qu'il se passait. Mais que pouvais-je faire d'autre. Rien, absolument rien. J'avais essayé de me montrer suicidaire en provoquant mon père hier, je n'avais récolté aucune compréhension, juste de la douleur et de la rage. J'étais un enfant incompris. Pauvre gamin effaré qui ne sait plus où poser le pied de peur qu'une bombe se trouve cacher sous le sol. Help! Je suis perdu. Trouverais-je un jour la sortie du labyrinthe sombre dans lequel je me suis témérairement aventuré? Les yeux remplis de tristesse, de haine, d'incompréhension et de douleur fixait sans rien dire Lord Voldemort. Il devait lire en moi comme dans un livre ouvert. J'étais tous ce que mes yeux clamaient avec force. La haine, la douleur, l'incompréhension, la rage. Tout.

-Alan mon cher ami, cela faisait si longtemps que je ne t'avais pas vu. Comment va ta très chére et défunte épouse ? Je vois que tu n'as pas perdu de temps pour en trouver une autre.

Cher ami... Cette phrase chargée d'ironie me laissa de marbre. & pour cause, elle ne m'était pas destinée. Je sentis grâce à l'empathie qui m'habitait le rejet d'un amour de la part de mon père. Une chaleur passa dans tout mon corps, me revigorant, me redonnant un peu la force de lutter. Un peu. Père avait donc aimé maman? L'aimait-il toujours? Pourquoi alors ne répliquait-il pas? Mais j'oubliais devant qui il se touvait. Le seigneur des Ténèbres ne l'aurait pas accepté. Peut être alors aurais-je été débarrassé de lui? & l'amour dans mon coeur me révulsa. Je devais le haïr, non l'aimer. J'ai compris tous les mots. J'ai bien compris merci. & je serais ces autres qui te donne du plaisir. Cet enfant modèle auquel tu aspire père. Je le serais. Peut être... Si dans ma tête cette voix si féminine me rappellant maman que je n'ai pourtant pas connu se tait.

-Mathew, j'imagine que tu es heureux d'être avec ton père. Toi et lui formez une si belle famille. Mais viens approche, n'est guère peur, je ne te veux aucun mal petit... ou du moins tant que toi et ton père agissez en noble mangemort...

Je baissais doucement la tête. La voix de maman, ou plutôt que je pensais qui appartennais à maman me hurlait que je n'avais rien à faire là, que je devais me battre et ramener père du bon côté. Mais je ne suis qu'un enfant. De rien du tout qui plus est. Oh maman. Que dois-je faire. Une larme perla sur ma joue et je relevai la tête. Une poussé de courage, insuflé par le souvenir de maman me fit dire:]

-Non...

Non je ne suis pas heureux d'être avec papa. Non on ne forme pas une belle famille. Non, j'ai peur. Non vous me vouler du mal. Non je ne veux pas être un noble mangemort. NON! Je reculais de quelques pas. J'avais très envie de me blottir contre le corps fort et musclé de père. Mais non. NON. Papa... sa voix dure me revint en tête. Père. Pas papa. Père. Je n'avais plus de baguette. Mes yeux se fermèrent et des larmes en coulèrent. Abondamment. J'allais me faire gifler pour ma réponse. Peut etre pire. I'm just a kid and the life is a nightmare. Laisser moi me réveiller s'il vous plait!!! Je veux me réveiller!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Pa...pa?
Pourquoi as-tu...? Pa...pa...

I want to believe in you Invité


Dernière édition par Mathew Capp le Ven 11 Juin - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://style-is-war@hotmail.fr



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Mar 1 Déc - 15:55

Le Seigneur des Ténèbres ne fut guère étonné de voir, ou plutôt de n'apercevoir aucun mouvement, ne serait-ce qu'une bouche s'entrouvrir légèrement, ou un regard encourageant lancé à Mathew, de la part de celui qu'il ne jugeait plus comme l'un de ses plus fidèles mangemorts. En ayant un enfant avec une moldue, Alan n'avait pas que perdu son honneur mais également sa place dans une grande hiérarchie... Dans un sens il était désormais déchu. Maintenant qu'est-ce que Lord Voldemort pouvait ressentir pour lui ? Rien, aucune haine, aucune colère. Rien... si ce n'est un profond dégout et un grand rejet. Qu'attendait-il de cette rencontre ? Pas d'explications, pas une ne pouvait justifier cet acte si ...puéril. Non, comme à son habitude il savait ce qui l'avait poussé à accepter ce rendez-vous : il souhaitait humilier, rendre inhumaine cette entrevue à première vue si anodine. Le Seigneur des Ténèbres blesserait bien plus qu'avec un simple doloris Alan. Ce dernier lui avait envoyé une arme nouvelle et il avait bien l'intention de s'en servir. Pourquoi le mangemrot n'avait guère ouvrir la bouche ? Certainement parce qu'il était l'un des adeptes du "si ce que tu as à dire est moins intéressant que le silence alors tais-toi.", ou simplement parce qu'il savait que c'était inutile. Que quoi qu'il puisse penser le Seigneur des Ténèbres le devinerait quoiqu'il advienne. Et il avait raison. Alors que Lord Voldemort pénétrait dans le cerveau d'Alan sans que celui-ci n'oppose aucune résistance, un sourire ou plutôt un rictus vint à nouveau étirer ses traits. Peu de fois des pensées avaient été si intéressantes à lire. Le Maître pouvait y lire bien plus que si Alan n'avait ouvert la bouche. Il avait pris conscience que même à travers le temps cette moldue comptait toujours pour le mangemort, que ce dernier l'avait aimé et même qu'inintensionnellement il avait dans un premier temps, certes qui ne dura que quelques secondes, lui cacher cela. Lord Voldemrot savait qu'Alan avait conscience de son infini source de pouvoir mais alors pourquoi l'avoir trahi ? Pourquoi avoir oser quitter l'ordre pour partir dans une si vaine aventure ? Sans dire un mot un éclair vert sorti de sa baguette et le mangemort fut pris d'une violente douleur. Le Seigneur des Ténèbres n'avait guère l'intention de l'en libérer. Et encore, ceci n'était que le commencement. Le Lord n'oubliait jamais et ne pardonnait encore moins. Le temps et la clémence étaient deux choses qui pour lui sonnaient totalement vides, sans aucun intérêt.

Alors, lentement, il s'était tourné vers le jeune garçon, sa future recrue et il lui avait parlé de son père, de sa famille, de lui. Echange basique sans grand intéret, histoire de meubler la conversation, menace dissimulée sous un flot de parole dont seul le maître des Ténèbres avait la clé. Et pourtant.... Qui aurait pu savoir que ce qui allait se passer serait une grande tournure de cette rencontre ? Mathew le regarda, osa croiser un instant son regard et bouger ses lèvres pour former ce mot si simple et si dangereux lorsqu'on s'adressait à une puissante mille fois plus puissante que la notre.


-Non...

A l'intérieur Lord Voldemort enragea toutefois il sut sourire, du moins un autre rictus méprisant se peignit sur son visage. A priori Alan n'avait su donner la bonne éducation à son fils... Mathew était bien trop faible et on ne pourra rien faire de lui. Un pauvre imbécile qui veut jouer au sorcier avec le plus puissant d'entre eux. Un gosse qui n'avait même pas encore quitté l'école. Un imbécile têtu et mal élevé. En même temps la situation ravissait le Maître, grâce à cet incompétent il trouvera le moyen de faire regretter et chérement à son mangemort déchu son amour pour une moldue.

-Mathew. Pauvre petit. Ton père ne t'a pas élevé correctement. Tu n'as même pas la force de réfléchir avant de parler. Ne t'inquiète pas j'y remédirai. Après tout n'aies-je pas élevé ton demi-frère et ta demi-soeur ?

Un mouvement de bras, un éclair rouge, Mathew se retrouva au sol torturé de mille feux par un sort qu'il ne pouvait pas éviter. Le laissant se tordre quelques instants sur le sol le Seigneur des Ténèbres pivota vers Alan.

-Décevant. Tu oses me présenter le fruit que tu as eu avec cette moldue alors qu'il n'est même pas mure. L'estimais-tu assez agé pour me rencontrer ? Est-ce là ta manière de me demander pardon ? En m'emmenant le rpemier gamin que tu trouveras sur ton chemin ? Pathètique. Au moins Esther et Owhen en valait la peine. Mais fais moi confiance je te les présenterai avant que toi et ton gamin incompétant ne disparaisse.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alan Capp
    Mangemort | Adepte de Voldemort


Messages : 42
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Dim 13 Déc - 0:39

Non. Non, pourquoi ? Alan sentit tout s'écrouler autour de lui. Non. Il n'avait pas gagné. Mathew se battait encore. Mais c'était vain. Mais Voldemort ne le lui fit pas payer tout de suite. Non, son sort de doloris fut dirigé contre lui. La douleur le déchira, et en un rien de temps, le mangemort se retrouva par terre, s'efforçant de ne pas trop se tordre de douleur, pour ne pas paraitre trop pitoyable. Et pourtant, son fils le voyait bien. Il voyait que, tous, dans ce monde, obéissaient au Seigneur des Ténèbres. Ce serait peut-être une bonne leçon pour lui. Si seulement Voldemort lui laissait une chance de l'éduquer...Mais il ne se faisait pas d'illusions. Pour son maitre, Alan savait qu'il n'était plus rien, ou presque. On ne savait jamais, avec lui.
Dans l'indicible trou béant de sa douleur, l'homme entendit Lord parler à son fils. D'un ton glacé, méprisant, presque pas humain. Et soudain, la douleur s'échappa du corps d'Alan...Il savait où elle se trouvait à présent, dans celui de son fils, qui gémissait à terre. Non...Mathew...Les sorts du Seigneur des Ténèbres étaient autrement plus puissants que les siens, et le gosse était si frêle...Mais le mangemort n'eut pas le temps de s'attarder sur la compassion qu'il voulait -ou pas- porter à son fils. Son Maitre le dévisageait, méprisant, pour ne pas changer, glacial, pour encore moins changer. Il le trouvait encore plus indigne maintenant qu'il lui avait apporté la preuve que le fils se la moldue était indomptable, ou tout du moins, un incapable et frêle petit oiseau tombé du nid.
Inutile de répondre aux questions de son Maitre. Il n'y avait aucune phrase ne pouvant le rattrapper. Owhen et Esther ? Mais...Qui étaient ces enfants ? Non...Il ne pouvait pas avoir...Encore...Laissé des enfants derrière lui. Une expression de terreur effarée apparut sur le visage d'Alan. Jamais il n'aurait imaginé cela.

Il resta assis d'une façon misérable sur le sol pendant un temps indéterminé, entendant à peine Mathew gémissant non loin. Il n'avait pas encore vraiment encaissé, quand il se permit de demander d'une voix servile et respectueuse :


-Maitre, permettez moi de parfaire l'éducation de mon fils. Il ne sera jamais un Mangemort exceptionel, mais il peut être utile.

Il le pensait réellement. Peut-être Mathew avait-il des capacités magiques, mais pas en tant que Mangemort. S'il le devenait, il ne serait qu'un opprimé, un pion encore plus insignifiant que les autres aux yeux du maitre. Mais au moins, il serait en vie. Alan se rendait compte qu'il ne pourrait supporter la mort du petit qu'avait porté Ariane, qui portait son visage et son sourire...Même s'il l'avait rarement vu sourire, avec lui.
Mais s'il avait deux autres enfants...Tout changeait. Mathew avait moins d'importance au niveau de l'hérédité, car il savait qu'il n'avait eu de relations sexuelles qu'avec des sorcières après Ariane. Des Mangemortes, donc des sang pur. Mais Alan ne pouvait se l'avour, ne devait se l'avouer, qu'il avait de l'affection pour ce petit Serdaigle, si fragile...S'il avait été un père normal...NON ! Il était un Mangemort. Pas un père normal. Il avait des devoirs, et il devait s'y tenir. Pas de sentiments, pas de sentiments.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Mathew Capp
    ▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

▌▌Serdy' ♦ Empathe et bout de chou du fow'

Messages : 704
Date d'inscription : 20/08/2009

| Ma vie, Mon oeuvre |
Expérience [%]:
0/0  (0/0)
Un mot à dire... ?:
" Relations ":

MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   Dim 13 Déc - 14:43

Douleur rien que douleur. Le rouge m'entourant et mes cris m'assourdissant, je me tord pitoyablement sur le sol. Et l'enfant soumis revient à la surface, enfermant à la cave le gamin téméraire. Je ne lutte plus, je me dois d'être pour mon père ce gamin qu'il a rêvé d'avoir, enfin je crois. Mathew... Cela n'a plus aucun sens. Je ne suis plus Mathew, je suis le fils de Capp. Rien de plus, et rien de moins. Tant mieux ou tant pis? A dire... Pas maitenant, plus tard, alors que je ne souffrirais plus. Mais je ne dois plus montrer mes faiblesses, alors mes cris deviennent gémissement de douleur et mes gémissements se transforment en murmures de plaintes. Ma longue agonnie dure encore et toujours, mais elle se fait en silence. Le Lord ne l'aurais pas supporter, et je me dois d'être ce qu'ils veulent que je sois. Un enfant sage et obéissant...

Le sort s'arrête, je n'ai pas entendu tout ce qu'ils ont dit, si ils ont parlé pendant que je me tordais pitoyablement au sol. Je vais sûrement les surprendre, en bien j'espère. Alors je me relève lentement. Mon visage n'exprimme déja plus la douleur qui m'avait piétinée. Je le regard. Une autre flamme danse dans ses yeux, et si l'on veut me sauver du mal elle mettra longtemps à s'éteindre. Un nouveau respect anime mon corps. Respect de l'enfant soumis, celui qui fait tout ce qu'on lui demande sans rechigner... Je dois parler, les étonner, leur faire comprendre que c'est bon maintenant, je suis ce qu'ils veulent... Je dois...

-Merci de m'avoir fait comprendre où était ma place...

Je me recule en une révérance que mon côté rebelle trouve absolument ironique et pourtant, c'est la plus sincère de toutes celles que j'ai jamais faîtes. C'est à dire tout de même pas énormément. Je ne suis qu'un frêle gamin, je m'endurcirais pour eux, car plus rien ne compte... Et Owhen? Et Esther? Je les aurais bien compter dans mes calculs mais le Lord l'a fait pour moi. Alors je me tais, attendant qu'il dévoile à mon père les deux gosses qu'il a laissé derrière lui. Une lueur dans les yeux de mon père me fait sursauter... Peut être est-ce de la faiblesse que je lis, ou l'amour. Peut être. Mais il est vite chasser.

-Je suis prêt à vous servir.

Je l'espère, sinon qu'adviendra-t-il de moi? Pauvre gamin brisé, si je ne lui sert à rien, personne ne pourra me sauver, car la tombe ne sera que ce qui m'attendra. Une dernière pensée pour Félicia, Bella, Fred, Edéis, Lorelei... Tous ceux là viendraient à mon secour. Mais c'est ma dernière pensée pour eux... Avant longtemps sûrement. Avant que l'on vienne me sauver, si l'on vient... Avant. C'est ma dernière pensée. Et je bascule dans le noir.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Pa...pa?
Pourquoi as-tu...? Pa...pa...

I want to believe in you Invité
Revenir en haut Aller en bas
http://style-is-war@hotmail.fr



Hey mais c'est Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Demande de pardon, servilité et autres...[Mathew, Owhen, Esther, Lord...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« P o u d l a r d . S c h o o l . 2. » ● ● :: ● ● . H O R S . R P . A N I MA T I O NS . D U . F O R U M . » ● ● :: > Cimetière des RP's-