AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
" Intrigues mises en place " ;; bal, sorties à pré au lard annulés pour raisons d'enlèvements et de meurtres sordides d'élèves de Poudlard. "

Partagez | 
 

 [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, par hasard. [Alexis]   Lun 23 Nov - 1:03




    Willkommen, Bienvenue, Welcome. fremde, etranger, stranger. glucklich zu sehen, je suis enchante. happy to see you. bliebe, reste, stay.
    Willkommen, Bienvenue, Welcome. im cabaret, au cabaret, to cabaret.

    Meine damen und herren, mesdames et messieurs, ladies and gentlemen. comment ça va, do you feel good? ich bin euer conferencier, je suis votre compere, i am your host.
    Und sagen

    Willkommen, Bienvenue, Welcome. Im cabaret, au cabaret, to cabaret...

    Willkommen, Bienvenue, Welcome. Im cabaret, au cabaret, to cabaret...

    Willkommen, Bienvenue, Welcome. fremde, etranger, stranger. glucklich zu sehen, je suis enchante, enchante madame. happy to see you. bliebe, reste, stay.

    Willkommen, Bienvenue, Welcome. im cabaret, au cabaret, to cabaret.


    _________________________ Certains se taisent... De peur... D'etre quittés. ___________________________



    Les soirs aux cabarets moldus… C’était… Souvent joyeux… Enfin, les nuits meme plutôt… Et les hommes qui viennent uniquement pour ce qu’ils appellent entre eux le plaisir des yeux. Des femmes. Y en a qui sont encore puceaux… Y en a qui m’ont déjà baisée… Mais aucun n’est assez attirant pour construire une relation durable avec l’artiste de music hall que je suis.

    Et je m’invente des histoires… Des scénarios chinois, pourtant, c’est pas vrai tout ça… Mais moi je crois tout ce qu’on me dit… Oui je crois tout ce qu’on me dit…

    Je suis blasée, oui… Peut etre… Visiblement, oui… Mais peu m’importe. Je ne vis que pour mon métier. Et pour mon fils… Oui, mon fils, ma bataille. Meme si… L’art passe avant tout…

    Non, je n’ai pas honte de le dire… Quelle honte peut il y avoir à préférer l’amour d’une musique et d’une danse de cabaret à sa chair et à son sang… ? Aussi impur soient-ils…

    Et je déambule. Dans les rues de Londres. Me fondant dans le flot d’Anglais qui s’empressait de rentrer chez eux. La nuit recouvrait les ruelles de son voile obscure. Mais j’aimais sortir. Loin du cabaret… Loin des hommes. Des pervers et des femmes qui exhibent leur corps sans la moindre pudeur. Moi … ? Oh… Moi je l’ai déjà fait… Mais c’était il y a longtemps. J’ai bien fait comprendre que je ne voulais plus faire ce genre de chose… Moi je suis là pour danser…

    Pour charmer… Peut etre… Pour tromper, et provoquer… Mais c’est tout.

    ________________________________________ Le Londres moldu. _________________________________________


    Et j’arpente les rues qui peu à peu deviennent désertes. Elles se vident des passants. Des chiens égarés et ne gardent plus dans leur ombre qu’une jeune danseuse de night club. Je n’avais pas quitté mes habits de scène. Je devais être facilement remarquable en fait… Le noir se fondait dans la nuit. Mais sous mes bracelets noirs, sous mon collier de chien, sous mes chaines de poignets… Venez voir ce qu’il s’y cache…

    Des stigmates. De longues balafres que mes lames elles-meme ont causées. Que mes larmes sont venues sécher.

    Mais je m'égare. Je freine. Stoppe la cadence. Et je choisis un coin de ruelle désert. M'adossant contre un pan de mur, j'allume une Craven A. Et puis Je fume. Le silence pèse sur ma conscience. Une fine pellicule de bruine me baptise alors. Cette fine pluie du soir. Celle qui marque l'entrée vers la nuit.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 2:01



    J’ai demandé à la lune
    Et le soleil ne le sait pas
    Je lui ai montré mes brûlures
    Et la lune s’est moquée de moi
    Et comme le ciel n’avait pas fière allure
    Et que je ne guérissais pas
    Je me suis dit quelle infortune
    Et la lune s’est moquée de moi



    J'ai demandé a la Lune...



    J'ai demandé tellement de choses a la Lune. Que je ne sais plus où se situe le vrai du faux. On m'a dit, tu sais petite... La vie c'est pas facile. La vie c'est pas aisée. Mais je n'ecoute plus. Je suis une ame en peine. Ame perdue et coeur a prendre... Coeur a vendre peut être aussi. Qu'est ce qu'on s'en fout ? Pas vrai qu'on s'en fout ? On s'en balance de ma vie. Si vous voulez une vie de reve, lisez un roman de gare, moi je ne serais pas votre heroine.
    Je ne suis l'heroine de personne. Je suis une putain de sorciere. Un monstre anonyme. Alors je erre.

    Dans les rues sans personnes. Que mes pas qui resonent. Alors je erre. Je sors d'un rendez vous avec une ancienne eleve, elle m'a trouvée changée. Ca aurait pu aller loin, de repas passer a autre chose. Mais ca s'est vite arreté. Je n'ai plus le gout a rien... Je n'ai plus le gout a l'amour. Je n'ai plus le gout a la vie. Parce qu'elle a evoqué l'incident. Parce qu'elle a evoqué son nom a lui.
    Alors j'ai pris mes jambes a mon cou et je suis partie en l'envoyant bouler. Quoi ? Je n'ai jamais dis que j'etais sympathique. Alors je marche. Dans les rues de Londres. Et mes plaies sont profondes, si profondes qu'eux, ils ne les voient pas. La Fille me pourchasse. Elle me court aprés, saisis mon bras. Comment elle s'appelle deja ? Mais qu'est ce que j'en sais ? J'ai une tete a me rappeler des prenoms des morveuses qui fantasment sur moi ? Non. Alors Sagle... Et Taggle toi la bas ... Aherm.

    - Professeur Bennett... S'il vous plait. Je m'excuse.

    " Degage j't'ai dis."

    Et comme elle s'accroche, j'accellere le pas. Elle parle. Je ne l'ecoute pas. Je ne l'ecoute plus. Elle s'accroche toujours.

    " Ecoute Alicia... Rebecca... Patricia ? Bordel je me souviens plus de ton prénom, et je m'en fous. Ecoute moi. Degage. Je ne veux pas te parler. Je ne veux rien avoir a faire avec toi. Alors casses toi de mon chemin. Bordel de merde."

    Et je la poussais, je la poussais si fort qu'elle tombait sur le sol. Mais je m'en fichais pas vrai. Je n'avais plus de coeur, il etait parti en milles eclats, comme la baguette que j'avais cassée. C'etait balot... Tant pis. Au pire elle se refroidirait l'arriere train sur les pavés. Qu'est ce que je m'en foutais ... Elle attraperait un rhume. Oh la pauvre petite... A cause de gamines dans son genre j'avais perdu la vie qui me plaisait.

    C'etait fini. J'avais marché assez vite et de ruelles en ruelles, elle ne m'avait pas rattrapée. Saleté. Enfin j'en etais debarassée et je pouvais ralentir l'allure. Oui. J'etais caracterielle, et je m'emportais vite. C'etait... Un de mes plus gros defauts, Bordel... A qui ça posait un probleme aprés tout... C'etait pour ça que je vivais seule non ?

    De ruelles en ruelles je continuais ma route, tapant un peu partout dans mes poches, bordel, c'etait la soirée, j'avais perdue mon paquet de Lucky ... Et il pleuviotait. Merveilleux. Merveilleusement merveilleux... 'Tain... C'etait la soirée ou quoi ? Bien qu'on eut plutot parlé de nuit je crois. Mais je n'etais pas la pour m'arreter a de telles considerations.
    Oh... Une lueur dans ma decheance, le bout incandescent d'une cigarette, je m'approche lentement. Jolie creature nocturne. Habillée... Legerement mais de façon des plus... Attirante. Oui. J'aime les femmes. C'est un soucis ? Ca vous pose un probleme ?

    Aherm. Je m'approche. Lentement; Je tente le sourire. Je suis charmante je le sais. Et je sais faire les sourires charmeur. Je plaisais beaucoup avant. Je plais toujours mais maintenant je m'en fiche. Peut être pas ce soir cela dit. Oh qu'importe.

    " Excusez moi...."

    Ma voix est douce.

    " J'ai... Paumé mon paquet de clope."

    Bon okay je dois avoir l'air con... Mais je ne ressemble pas a tous ces debiles qui veulent draguer une jeune dame pas vrai ? Non. Moi. Je suis toujours classe... Malgré mon look d'aventuriere et les cicatrices un peu partout. Ouais... Je suis meme seduisante je crois.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 13:28




    I can see you i can't see you. I can see you i can't see you . I can't see you i can see you again . I can' see you i can't see you again . I can see you i can't see you . I can see you i can't see you . I can't see you i can see you again . I can see you i can't see you my friend . I can give you i can't tell you . I can't give you i can tell you . I can't give you i can give . you again . I can't tell you i can't tell you my name .

    Deux femmes qui se tiennent la main ... Ça n'a rien qui peut gêner la morale . Là où le doute s'installe . C'est que ce geste se fasse sous la table . Quand elles sont seules, comme elles n'ont rien à perdre . Après les mains, la peau de tout le reste . Un amour qui est secret . Même nues, elles ne pourraient le cacher . Alors, sous les yeux des autres . Dans la rue, elles le déguisent en amitié .

    L'une des deux dit que c'est mal agir . Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire . Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire . Qui arrête les colombes en plein vol . A deux au ras du sol ... Une femme avec une femme .

    Je ne veux pas les juger . Je ne veux pas jeter la première pierre . Et si, en poussant la porte . Je les trouve bouche-à-bouche dans le salon . Je n'aurais pas l'audace de tousser . Si Ça me dérange, je n'ai qu'à m'en aller . Avec mes pierres elles construiraient leur forteresse . Qui arrête les colombes en plein vol ... ? A deux, au ras du sol . Une femme avec une femme .


    L'une des deux dit que c'est mal agir . Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire . Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire . Qui arrête les colombes en plein vol ... A deux au ras du sol ... Une femme avec une femme ...

    Qui arrête les colombes en plein vol ... A deux au ras du sol .
    Une femme avec une femme.


    _________________________ Mais d'autres disent... que c'est une rose. ___________________________



    Et je restais là. Il me semblait que la nuit peu à peu s’épaississait autour de moi. Elle m’enveloppait dans un linceul glacé et humide qui me fit tressaillir. [Je sais meme pas si c’est français ce truc… Bref.] J’écoute les battements de mon cœur répéter… Qu’aucune musique au monde ne saura remplacer quelques mots d’amour… Pourtant, je n’ai personne à qui envoyer mes images, ni mes décors, mes sourires des jours où je me sens plus forte… Personne à qui envoyer mes plus belles victoires sur l’ironie du sort…

    Et moi la fille libérée, confondant le jour et la nuit. Pratiquant l’amour buissonnier comme un défi. Et moi j’éprouve quelque fois l’envie d’etre apprivoisée, d’arreter mon cinéma et de tout partager. A quoi sert de vivre libre… Quand on vit sans amour… ? A quoi sert de vivre libre… ?
    Quand on vit… Sans amour… ?

    J’ai eu des plaisirs d’occaion et des projets au singulier. Mais quand arrive l’addition, il faut payer. Et toi qui es plus fou que moi, tu m’apprends à t’attendre, à trembler de peur et de joie en espérant ton pas. A quoi sert de vivre libre… Quand on vit sans amour… ?

    A quoi sert de vivre libre… Quand on vit…
    … Sans amour… ?

    Et quand je veux serrer mon bonheur… Je le broie… Mais chacun le sait… ? Il n’y a pas d’amour heureux… Alors moi… Fanatique, adoratrice, passionée, éprise des charmes de la nuit… Oui la nuit, c’est elle qui me fait vivre… C’est dans ses bras que je viens me lover. Comme un jeune oisillon qui chercherait une aile. Et dans mes yeux vient luir une larme qui ne tombera jamais.

    Vous avez vu… Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson… ? Ce qu’il faut de sanglots… Pour un air de guitare… ? Mais… N’y a-t-il vraiment pas d’amour heureux… ?

    Pour ne pas vivre seule… On vit avec un chien. On vit avec des roses ou avec une croix. On aime un souvenir… Pour ne pas vivre seule, on vit pour le printemps. Mais pour ne pas vivre seule… Je t’aime et je t’attends, pour avoir l’illusion de ne pas vivre seule…

    Pour ne pas vivre seule, on fait des cathédrales où tous ceux qui sont seuls s’accrochent à une étoile. Mais je t’aime et je t’attends…
    Pourtant… Je t’attends encore…

    Le froid s’engouffre dans mes habits de scène. Un jeune garçon s’approche alors de moi. Je ne saurais plus donner d’age aux enfants… Mais il paraissait bien jeune. Trop à mon gout pour pouvoir me salir de son regard profane.

    Son regard presque obscène. Oui il est jeune… Mais faut pas croire… Chez les jeunes, les pervers ça existe aussi… Malheureusement… Enfin… Bref.
    Il m’accoste, cherche à s’accrocher à moi par tous les moyens.

    « Madame… ? Ton rimmel il est en train de couler… »
    « Je sais. »
    « Tu n’en remets pas… ? »
    « A quoi ça me servivrait gamin ? »
    « Je t’ai vue au cabaret hier à Londres. Tu… étais très belle. Et mon papa a parlé de toi toute la soirée. »
    « Ravie… d’avoir plu au moins à quelqu’un… »
    « Pourquoi tu restes toute seule ? »
    « Je sais pas. »
    « Tu dois bien avoir une petite idée… ? »
    « Si je reste seule… C’est peut etre parce que j’en ai envie… »

    Un soupir de lassitude.

    « Allez. Déguerpis s’il te plait. »

    Le mioche ne se le fit pas dire deux fois. Mais je me sentais toujours aussi seule…
    Puis.

    Une voix brisa mon silence. Une femme à la beauté surnaturelle s’approchait.

    « Excusez moi... »

    Sa voix est douce. Mais je sens quelque chose pourtant qui vient la ponctuer.

    « J'ai... Paumé mon paquet de clope. »
    « Qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse… »

    Je baisse alors les yeux, hausse les épaules, en signe de je m’en foutisme total. Mais devant sa mine défraichie, son beau regard et ses joues presque hâves. Je me retourne et lui tend mon paquet de Craven A que je tenais encore dans la main.

    « Tenez… »

    La nuit aussi... Comme à l'argent, elle... Endort bien des tetes.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 15:12




    se rencontrer, séduire
    quand la nuit fait des siennes
    promettre sans le dire
    juste des yeux qui traînent



    Je marche seul.


    Comme un bateau derive, sans but & sans mobile. Je marche dans la ville, tout seul & anonyme. La ville et ses pieges, ce sont des privileges, je suis riche de ça mais ca ne s'achete pas..
    & J'm'en fous... De tout. De ces chaines qui pendent a mon cou. J'm'enfuis. J'oublie....
    J'm'offre une parenthese un sursis.
    Je marche seul, dans les rues qui se donnent, et la nuit me pardonne, je marche seul... En oubliant les heures. Je marche seul. Sans temoin, sans personne, que mes pas qui resonent... Je marche seul.
    Acteur et voyeur.

    Se rencontrer seduire, quand la nuit fait des siennes, promettre sans le dire, juste des yeux qui trainent.... Oh quand la vie s'obstine, en ces heures assassines, je suis riche de ça, mais ça ne s'achete pas...
    & J'm'en fous... De tout. De ces chaines qui pendent a mon cou. J'm'enfuis. J'oublie....
    J'm'offre une parenthese un sursis.
    Je marche seul, quand ma vie deraisonne, quand l'envie m'abandonne, je marche seul....

    Pour me noyer d'ailleurs....


    & Je la regarde. Fixement. Presque tendrement. Mais je ne sais pas être tendre. Ou peut être que je l'ai su. Je l'ai oublié. Je suis enervée. Oui. Je suis enervée. Ca peut se lire sur toutes les rides de mon visage.. Hey. Non. Attendez je n'ai pas de rides ce n'est pas possible. Ca peut se lire donc, sur tous les pores de mon corps... Mon Sexy et sensuel corps. D'accord ?

    Aherm... Elle n'a pas l'air des plus... parlantes. Enfin, le mot n'existe peut etre pas, mais vous comprenez ce que je veux dire n'est ce pas ?

    « Qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse… »

    Et elle hausse les epaules en baissant les yeux. Je sais qu'elle s'en fiche. Mais bordel. J'ai juste besoin d'une putain de clope. Une putain de putain de putain de clope. Quelque chose pour me detendre. Bordel. C'est pas compliqué non ? Oui. Je m'enerve et alors ? Ca vous pose un soucis hein ? Non... Tant mieux. Je sais frapper vous savez. Beaucoup... Je suis mauvaise parfois. Ne l'oubliez pas...Bref. Ce n'est pas le soucis, je reporte mon attention sur la jeune femme, plutot que sur mes pensées et mes dialogues entre moi et mon fictif public , celui qui vit dans ma tete.

    Elle se retourne et me tend son paquet de Craven A. Bonne marque de clope. Bons gouts. Je ne commente pas. Je me contente de sourire et d'en tirer une avant de lui rendre le paquet. Glissant machinalement la clope entre mes levres et l'allumant d'un geste rapide d'un zippo chromé strié de blanc, je murmure un merci, et m'adosse au mur a coté d'elle.

    Je suis timide... D'ailleurs ca ne me ressemble pas. Alors moi, je reste silencieuse un moment. Et je regarde passer la nuit. Et je regarde un rien les etoiles, Ici Orion, puis Calisto. Les Etoiles sont mythologiques, est ce que vous saviez tout cela ? Mais... Je ne vais pas lui parler des etoiles la divine inconnue... Non. Je n'ai pas a lui parler.

    Je ne suis qu'un ame en peine qui croise sa route a ce moment de sa vie. Alors. Qu'importe.

    " Merci."

    J'esquisse un leger sourire et je hume la fumée salvatrice qui me detruira un jour ou l'autre. Ma vie... Elle est deja detruite de toutes les manieres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 22:37




    J'ai connu des hivers si froids. De la pluie et des silences. Je m'inventais dans tes bras. Des heures de soleil quand j'y pense. Avant toi je cachais ma vie. Emprisonnée de ma souffrance. Je regardais passer mes nuits. Banale histoire sans importance. Je ferai de tout ce que tu me donnes le plus précieux trésor. Comme ces mots d'amour fous qui résonnent encore…

    Si tu veux mon cœur. Promets-moi de le garder. L'emporter ailleurs si tu devais t'en aller. Toujours plus près de toi à l'abri des douleurs de la vie…


    Les matins où commence l'ennui. Tu sais relever les défis. Tu laisses ton coeur être lui même. Dans tes yeux le reflet que j'aime. Redis-moi que ce n'est pas un rêve. L'amour que tu me donnes. Et avant que le soleil se lève…

    Si tu veux mon cœur. Promets-moi de le garder. L'emporter ailleurs si tu devais t'en aller. Toujours plus près de moi à l'abri des douleurs de la vie…

    Je sais que tout pourrait changer. Le jour. La nuit est comme un sourire. Sois l'air que je respire. Be the air I breathe. Si tu veux mon cœur… Promets-moi de le garder. L'emporter ailleurs si tu devais t'en aller. Toujours plus près de toi à l'abri des douleurs de la vie…

    Sans toi j'ai connu des hivers si froids…
    … Mais si tu veux mon cœur… Promets-moi de le garder…



    _________________________ & ça se fane... Par hasard... ___________________________



    La belle inconnue me fixe. Elle me donne un regard des plus perçants. Et moi je lui donne mes notes, mes accords malhabiles. Je lui donne toutes mes différences… Vous savez… On sera jamais des standars, des gens bien comme il faut, mais je peux te donner ce que je peux. Ce que je vaux.

    Oui je lui donne mon plus beau regard. Parce qu’il se pose alors sur elle. Son corps parfait et désirable… Oui, elle est belle… Et désirable. Mais qu’importe. Elle me parait énervée… Moi je suis sur la défensive, comme une chienne qu’on aurait trop souvent frappée. Moi c’est la vie qui m’a linchée.

    La vie et le destin. Qui se sont bien moqués de moi par moments… Et qui de mes chagrins se sont tissés des toiles. De mes larmes ils se sont fait des manteaux. Mais je m’en moque. Je m’en contrefiche… Parce qu’un jour, j’irai là-bas. Loin de tout. Là où tout est sauvage, tout est beau. Un libre continent sans grillage… Là où l’horreur n’existe pas et où la folie des hommes ne passe pas à travers les barreaux d’une prison.

    Mais faut du cœur et faut du courage… Mais… Tout est possible à mon age, n’est-ce pas… ? Il faut la force et la foi. L’or est à portée de mes doigts. Et c’est pour ça qu’un jour, j’irai là-bas. Mais je crois que… Je m’égare… Oui, je m’égare.

    Parce que là-bas… Il y a aussi des tempetes et des naufrages… Des diables et des mirages… Puis… Je suis encore si fragile…

    C’est ce qu’on m’a dit…

    Alors je le crois. Je croirai toujours ce que disent les fous. Je croirai toujours ce que disent ceux qui ont encore leurs étoiles dans les yeux.

    Bref. Je lui tend alors mon paquet. Oui, c’est des Craven A… J’aime cette marque, j’y suis attachée. Allez savoir pourquoi… Enfin, qu’importe. Elle en taxe une, et me le remet entre les mains. Je sens ses doigts transis de froid. Oh belle étrangère… Elles sont si belles quand elles ont froid…

    Moi ? Perverse… ? Tout de suite…

    Elle esquisse un sourire. Enfin… Ce qu’on pourrait appeler un sourire du moins. Tout en me bredouillant un merci que je n’écoutais déjà plus tant mes yeux et ma concentration étaient rivés sur la belle inconnue du soir. Nous étions donc… Deux tragédiennes, clope à la main, adossées contre un mur. Le tableau devait etre comique… Ou préoccupant…

    « Je… »
    « Je m’appelle Emmanuelle. »

    Oui, mon cœur… Il faut le mériter tu sais… Et il faut le garder…



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 22:57



    Devant tant d'indifférence
    Parfois j'ai envie
    De me fondre dans la nuit
    Au matin je reprends confiance
    Je me dis, je me dis
    Tout pourrait changer aujourd'hui



    Love Me ? Please... Love me ?


    Au fond, elle ne sait rien de moi... Qu'un sourire, un regard. Mais on sourit toujours aux fous qui passent....
    Au fond on s'connait pas... Mais j'aime bien le brouillard...
    Peut être que j'aime les yeux fermés, sans regarder mon coeur de verre... Pourtant j'ai peur, que l'on lise ... A travers. Un coeur de verre... T'sais... ca peut mourir si ça reste entrouvert...
      Alors mon coeur je le ferme pour que personne ne puisse y acceder...


    Ca tourne autour de moi... M'aimerais tu vraiment ? M'aimera tu vraiment ? J'veux pas savoir de quoi... Sont fait les sentiments.
    Qu'est ce que l'on sait de moi ? De mes reves de femme... Des moments où j'ai froid, des secrets de mon ame ... ?

      Ce coeur de verre, il peut mourir si il reste entrouvert.


    Je ne veux pas qu'il meure si tot.


    Je la regarde un rien, elle est belle, si belle... Sa tenue la fait predatrice. Peut être est elle fragile, je ne me fie ni aux apparences, ni aux premieres impressions. Je sais que je suis charmée pourtant. Car elle est belle n'est ce pas? Si belle... Alors viens ? J'ai envie de lui prendre la main, l'ammener par dela les arcs en ciels, loin des oceans, loin des villes soumises, et prendre une autoroute... Perdre tous les nords.

    Peut être que je me calme. Peut être que mon enervement s'en va. En general c'est comme ça. Quand je suis sur les nerfs, une taffe, puis deux, et je me calme bien souvent. Je sais être douce comme un agneau. Parfois... Oui.. Parfois.

    Et nous etions la, deux pauvres ames perdues dans la contemplation de la nuit. Appuyées a un mur qui en avait probablement vu tellement d'autre. Et nous etions la, et je ne savais pas quoi dire. Pourtant ce silence, je voulais tellement le briser. Et sortie de mes livres, sortie de mes livres, sortie de mes etudiantes,... Je ne savais pas être. Il faudrait essayer. C'etait une nouvelle vie a commencer aprés tout. Ca en valait peut être la peine.

    « Je… »
    « Je m’appelle Emmanuelle. »


    Sa voix elle est douce et sonore, comme son prénom. Elle est douce et belle.... Comme elle en fait. Oui, elle est belle. Aurais-je un talent artistique que je la peindrais , je l'esquisserais. Mais je n'ai pas de talent, si ce n'est celui de recolter les ennuis...

    Alors je lui lance un nouveau sourire. Il ne se veut pas charmeur, il se veut sincere, mais il est charmeur tout de meme. Mon être entier est fait pour charmer et seduire, on ne se refait pas. Quand bien meme on le voudrait. Et pourtant je le voulasi tellement fort.

    " Alexis..."

    J'avais hesité un moment. J'aurais pu me presenter sous le prénom d'Alex, c'etait moins androgyne peut être... Les gens... S'etaient bien souvent moqués de mon prénom... Mais qu'importait. Alexis. Alexis Jean... Mes parents avaient un humour particulier n'est ce pas ?

    Et je me retenais de sortir un sarcasme a propos de mon prénom... Au final, je l'aimais bien ce prénom moi. Et puis... qu'importait. J'etais en bonne compagnie, je ravalerais mon sale caractere pour la soirée.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 23 Nov - 23:39



    J'avais pour tout bagage . des mots et des images . j'ai eu peur, Dieu me garde . qu'on garde mon âme à la douane . J'ai tout connu je pense . L'absence et le silence . Ce soir on se rencontre . je n'ai plus votre heure à ma montre . Je ne serais jamais le magicien d'Oz . Et j'ai vu la mort en rose . oui mais ...

    J'ai tellement de choses à dire . que je n'ai pas voulu mourir . tellement de souvenirs . On m'a dit de ne rien dire . je suis venu désobeir . La première chose à dire . c'est que je n'ai personne à maudir . tant d'autres miroirs m'attirent . je reviens de l'avenir . et le passé je le déchire . J'avais pour tout bagage . des mots et des images . Pour moi chaque visage . etaient un nouveau paysage . Je serais donc toujours étranger partout . ou serais-je chez moi un jour mais où ?

    Mais je reviens de l'avenir . j'ai tellement de choses à dire . tellement de souvenirs . et j'ai oublié le pire . Mais j'ai le meilleur à vous dire . tellement de choses à dire . je n'ai pas voulu mourir . tellement de choses à vivre . je n'ai pas fermé le livre .
    Ma vie est une histoire à suivre …



    _________________________ Mais... j'aurais besoin qu'on m'aime... ___________________________



    Et je restais là. Imperturbable, impasssible, inamovible. Avec pour seul berceau le linceul de la nuit. Avec pour seul spectacle celui de la belle inconnue aux yeux de geai. Elle réapparait… Comme si je l’attendais. Elle apparaissait. Alors que je l’attendais. Mais je préfère encore mes plaisirs solitaires… Je ne peux pourtant pas empecher mon regard de glisser sur son corps.
    Mais… Je préfère encore mes plaisirs solitaires…

    Allez…
    Laisse-moi…

    Mais elle ne partait pas. Je tremblais. De froid… Ou de peur, qu’en savais-je… ? Et chaque minute qui passait m’annonçait un nouvel orage. Et chaque seconde qui passait pour moi se transformaient en supplice. Les minutes… Me paraissent des heures… Pourquoi tu pleures ?
      Tu ne peux pas comprendre…

    Pourquoi tu pleures ?
      J’ai besoin… Qu’on m’attende…

    Elle a besoin d’exprimer ses peines. Elle a seulement besoin qu’on la soutienne. Elle a envie d’etre qelqu’un d’autre. Elle a l’impression que c’est de sa faute si le monde tourne sans regarder, comme une ronde qui l’aurait oubliée.
    Pourquoi tu pleures ?
    J’aimerais me sentir belle…
    Pourquoi tu pleures ? Y a personne… qui m’appelle…

    Elle a des milliers de reves en tete. Elle voit d’autres ciels à sa fenetre. Elle est comme toutes les autres à son age. Elle voit trop de princes qui sont de passage, et qui l’aiment sans poser de questions. Qui promettent et qui oublient son nom. Pourquoi tu pleures ? Parfois je me déteste… Pourquoi tu pleures ? C’est tout ce qu’il me reste…

    Et tu pleures mais c’est chacuin son tour. On a tous été seul un jour… Tu es belle de ce que tu feras… Le bonheur ne s’achète pas…
    Pourquoi tu pleures… ?

    Mais regarde… Je suis celle qu’on déteste. Je suis celle qui reste quand les autres tombent. Je suis celle qu’on oublie… Qu’on aime quand elle se tait. Je suis seule… Je marche seule. Je suis là… Mais je marche seule… Moi aussi.
    Idéaliste. Utopiste. Mais aucune humanité ne baigne mon regard.

    Tu es tombée du ciel… Mais je vois encore le mal partout… Et rien n’efface les malheurs d’hier…
    J’aimerais tomber pour elle.
    J’aimerais n’avoir d’yeux que pour elle. Ma maison, ma tour Eiffel…
    Mon Amérique à moi…

    Mais à quoi bon rever. A quoi bon rever lorsque l’on sait que le bonheur n’existe pas… ? Non, le bonheur n’existe pas… Ailleurs que dans les nues. Il est abstrait. C’ets quelque chose qu’on m’a appris… C’est quelque chose qu’on m’a appris bien avant de m’apprendre à danser.
    C’est la première chose qu’on m’a apprise avant meme de m’apprendre à vivre…

    " Alexis. "

    " Charmant... "

    Oui. J'aimais beaucoup... Certes... La consonnance me paraissait masculine... mais j'aimais... Puis... Il lui allait tellement bien... Je ne répondis que par un battement de cil explicite. Charmeuse ? Moi ?... Si peu voyons...

    Puis, finalement... Je m'éloigne un rien de notre mur fétiche. Je lache ma clope, l'écrase sur le goudron sous mes souliers qui alors s'envole en fumée. [Ho ça rime. --"] [Psst. C'ets la clope hein, pas les souliers qui s'envolent en fumée... #Oui va te recoucher va.. on a compris..#] Je me tourne vers la belle Alexis, esquissant un sourire forcé.

    " D'où tu viens... ? "

    Oui... Ah oui, moi je tutoie tout le monde... Mais vous savez... les filles de cabaret c'est souvent ça... Non ?

    Pourquoi… Tu pleures… ?
    J’aurais… Besoin qu’on m’aime…



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Mar 24 Nov - 0:02



    Rêve immense de ton regard intense.
    Dis-moi à quoi tu penses.
    J'ai si froid.
    Je voudrais plonger dans tes bras.



    Être Vrai.


    On pourrait dire les mots Tout simplement Ceux qui nous aident A devenir grand On se cache On se ment souvent
    On pourrait tendre L'oreille s'intéresser A ce que l'autre Peut nous apporter On se gâche On se fâche souvent ...

    C'est le cycle d'une vie n'est ce pas ?
    Mais...
    Nous on se raconte Tous des histoires Ça peut paraître dérisoire Etre vrai... Nous on parle trop souvent D'espoir Ou d'amour quand Il est trop tard...

    Pourquoi suivre les foules Qui se déchaînent les idées ou les choix Qu'on ne partage pas ? Sûrement dignement rester soi... ?
    On pourrait sublimer Nos différences Ignorer les p'tites choses Sans importance On oublie d'être heureux Souvent...

    Mais ... ?

    Pour l'heure nous restons la ... Plantées la ? J'n'en sais rien... Pourquoi je ne bouge pas. Je ne suis pas du genre a voler , a pietiner l'espace vital des gens... Non. Je suis loin d'être une fille comme ça. Il y'a des années j'etais quelqu'un de bien. C'etait il y'a longtemps. Ca me parait... Tellement vieux, tellement loin maintenant. Maintenant je suis dechue de ma vie n'est ce pas ? Quand j'ai brisé ma baguette volontairement c'est moi que j'ai cassé... C'etait pour montrer au monde que j'etais brisée en milles eclats, mais personne n'a eu pitié de moi. Presque personne en tout cas.
    Qu'importe. Je continue le cycle de ma vie... En restant moi. En restant vrai.

    " Charmant... "

    Elle ne se moquait pas de mon prénom, c'etait deja ça. Alors je lui lance un sourire. Elle bat des cils, et je souris un rien plus. De ce sourire charmeur qui fait que je suis moi. Elle est belle et attirante, et mon regard se pose sur elle. Mais je n'ose le laisser s'attarder, je ne voudrais pas bruler sa peau de mon regard indigne. Non, je ne voudrais pas... Je ne suis pas de ces gens qui regardent ce qui les interesse et qui ne regardent plus que ça.

    Non... J'ai du respect pour les jolies demoiselles. Gentleman, oui, en quelque sorte... Cela me perdra probablement.

    Elle s'eloigne du mur, et je la regarde. Il est peut être temps des separations aprés nous. Nous ne sommes rien d'autres que deux inconnues ayant partagées pour un temps si leger le berceau de la nuit.

    " D'où tu viens... ? "

    Je sens son regard triste. Son sourire forcé. Mais j'ai appris a ne pas parler plus que de raison. Ca m'a joué des tours par le passé. Les memes erreurs ne se repetent pas... Que se passe t'il ? Ca va ... ? ce ne sont pas les questions que je poserais ce soir. Non. Je me retiendrais. Qui suis je aprés tout ? A part n'être rien...

    " Je viens du Sud. De France. D'Australie. Je viens d'ici & d'ailleurs. A la poursuite de ce qui n'est plus...."

    Un leger sourire amer se dessine sur mes levres, et j'ecrase ma clope sur le mur a coté de moi avant de la lancer avec brio dans une corbeille non loin. Je n'avais jamais aimé jeter mes megots au sol. Mauvaise habitude, ou trés bonne. Qu'en savais-je ?

    " Et vous... ?"

    Pourquoi je la vouvoyais quand elle me tutoyait ? Je ne sais pas... Pour moi, c'etait une marque de respect. Ou bien.. C'etait parce que j'etais timide.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Mar 24 Nov - 19:15



    My life is brilliant. My love is pure. I saw an angel. Of that I'm sure. She smiled at me on the subway.
    She was with another man. But I won't lose no sleep on that, 'Cause I've got a plan.


    You're beautiful. You're beautiful. You're beautiful, it's true. I saw your face in a crowded place, And I don't know what to do, 'Cause I'll never be with you. Yes, she caught my eye,
    As we walked on by. She could see from my face that I was, flying high, And I don't think that I'll see her again, But we shared a moment that will last till the end.


    You're beautiful. You're beautiful. You're beautiful, it's true. I saw your face in a crowded place, And I don't know what to do, 'Cause I'll never be with you. You're beautiful. You're beautiful. You're beautiful, it's true. There must be an angel with a smile on her face, When she thought up that I should be with you. But it's time to face the truth,
    I will never be with you...



    _________________________ Je lui dirais les mots bleus... ceux qu'on ne dit... Qu'avec les yeux. ___________________________



    « Je viens du Sud. De France. D'Australie. Je viens d'ici & d'ailleurs. A la poursuite de ce qui n'est plus… »

    Dans les squares, les fleurs poétisent… Une qui est déjà devant moi. Et comme toujours, je ne sais pas y faire. Comme toujours, je ne sais pas parler. Comme toujours, je ne sais pas aimer. Elle me sourit. Il faudrait que je lui montre à tout prix…

    Je lui dirais les mots bleus… Les mots qu’on dit avec les yeux. Parler me semble ridicule, je m’élance et puis je recule. Devant une phrase inutile, qui briserait l’instant fragile d’une rencontre…

    Je lui dirais les mots bleus… Ceux qui rendent les gens heureux… Je l’appelerais sans la nommer. Je suis peut etre démodée. Le vent d’hiver souffle en avril, j’aime le silence immobile d’une rencontre…

    Il y a plus d’horloge, plus de clocher, dans les squares les arbres sont couchés. Et je la vois qui me sourit. Il faudra bien qu’elle comprenne à tout prix…

    Alors je lui dirais les mots bleus. Les mots qu’on dit avec les yeux… Toutes les excuses que l’on donne, sont comme les baisers que l’on vole. Il reste une rancoeur subtile qui gacherait l’instant fragile de notre rencontre. Je lui dirais les mots bleus. Ceux qui rendent les gens heureux. Une histoire d’amour sans parole n’a plus besoin du protocole et tous les longs discours futiles terniraient queluqe peu le style de notre rencontre.

    Parce que tous… Briserait l’instant fragile… d’une rencontre…
    Alors je lui dirais les mots bleus… Les mots qu’on dit avec les yeux… Tous ceux qui rendent les gens heureux…

    Et je la vois… Qui me sourit…
    Mais il faudra bien qu’elle comprenne à tout prix…


    « Je vois… »

    Si peu de passants… Et pourtant, tant de bruit autour de moi. Comme mille cohortes infernales. Comme une foule opressante qui s’amuserait à me séparer de la belle Alexis. De la belle de nuit. Mais… Tant de bruits, tant d’agitations fictives qui tournaient dans ma tete. Comme un épuisant leitmotiv. Pourtant nous étions seules.

    Pourtant, je n’avais pour mélodie que la douce chaleur de sa respiration. Je n’avais pour linceul que la nuit qui m’enveloppait. Je n’avais pour compagnie que la voix d’un ange tombé du ciel. [Et voilà. Vive les romans de gare. >.<] La nuit… Elle m’enlaçait… Pour mieux me glacer. Je sentais la fièvre. Mais je gardais mon sang-froid.


    Comme un interdit, elle joue ma vie. Comme un succès qui lui sourit. A sa manière, elle a chevauché mon égo. Moi qui dormais dans ces silences, je me réveille pour gouter à sa beauté. J’ai le sentiment… D’avoir trouvé… Le cœur en apné. Un trésor… Qui vaut de l’or…

    Comme un interdit… Elle m’offre une chance. Mille et une nuits, perdues d’avance. Mille et un jours, perdus d’amour… Moi qui revais de la liberté d’un grand oiseau. J’ai le sentiment… D’avoir trouvé… Le cœur en apné… Un trésor… Qui vaut de l’or…

    « Et vous… ? »

    Parler me semble… Ridicule…
    Les mots trahissent… Les mots briseraient l’instant fragile…

    Mais… Je suis peut etre démodée… ?

    « Je viens… De France. Je suis… Née dans le haut Périgord. En France. »

    Bel ange ? Parle-moi de toi… Bel ange. Parle-moi… D’Alexis que je voudrais tant connaitre. Parce que j’ai crié. Courru… Après quelque chose que je ne connaissais pas. Parce que j’ai pleuré. Pour que tu viennes. Je t’ai cherchée. Sans plus y croire…

    Et sans un espoir pour me guider… Mais j’ai crié… Et tu es là. Tu es venue.
    Bel ange… Parle-moi d’elle… S’il te plait… ?



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Mar 24 Nov - 20:56



    Y a des silences qui disent beaucoup
    Plus que tous les mots qu'on avoue
    Et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout




    Ca commence... Comme un reve d'Enfant.



    Ça commence comme un rêve d'enfant... On croit que c'est dimanche... & Que c'est le printemps ? Toi & moi , on s'en va regarder le soleil sous les branches... & puis parler de toi..
    Si tout change & s'arrange... Il y'aura des etés pour toi & pour moi... Tu verras.
    Ca ressemble, à un reve d'enfant, on croit que c'est dimanche.... & que c'est le printemps.



    & Moi je lui souris. Je lui souris encore parce que je ne sais pas.... Parce que je ressens un petit quelque chose qui ne s'etait jamais presenté en moi. Je ne sais pas ce que c'est ... Je n'ai pas l'habitude... C'est comme un reve d'enfant que je n'aurais jamais eu la chance de realiser par le passé.

    « Je vois… »

    Et sa voix sonne comme melodieuse, meme si elle brise ce silence qui s'installe... Et on le sait, vous et moi... Que certains silences disent beaucoup. Plus que tout ces mots qu'on avoue... Vous ne me contredirez pas je pense ? Je la regarde, je lui souris... Ma clope est terminée et je me suis adoucie. J'aimerais bien parler encore, mais je ne saurais pas quoi lui dire.

    « Je viens… De France. Je suis… Née dans le haut Périgord. En France. »

    & Je lui souris encore. La France. J'ai bien connu, j'ai enseigné la bas... J'ai eu des eleves de tous bords, du nord, du sud & des grandes villes. J'aimerais lui parler, lui parler de moi, l'entendre parler d'elle. J'aimerais l'inviter a ... boire un verre peut être, mais ça ne se fait pas. On m'a appris a être civilisée... Polie & un rien gentleman... Alors je me contente de l'ecouter un peu. Ecouter ce silence, la nuit... La regarder. Son beau visage. Son sourire.... Est il vrai ?

    " En fait je suis née a Perth', en Australie... mais j'ai passé les dernieres années en France, pour enseigner a la Sorbone. J'etais professeur."

    Ma voix se brise un peu alors que je dis les derniers mots. Je ne peux m'empecher de regretter cette place que je n'ai plus. Je ... m'affirmais vraiment quand j'etais professeur... Maintenant qu'etais -je ? Un soupir. Non. Bien sur. Je ne pleurerais pas.... Mais peut etre qu'une inconnue etait la meilleure confidente.

    Le vent se leve soudain, d'un coup et je frissone.

    " Vous n'avez pas froid ?"

    & Si elle avait froid que je ferais-je ? Je lui passerais mon manteau... Comme ces gentleman des temps jadis... Parce que j'etais... Un gentleman n'est ce pas ?

    & C'etait peut etre ce qui me perdrait ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 30 Nov - 19:00



    & malgré tout… Malgré tout ce qu’on nous dit….
    On goute à l’opium d’aimer quand meme…

    Parce que… C’est pas marqué dans les livres… ?




    ___________________________________________________________________________




    « En fait je suis née a Perth', en Australie... mais j'ai passé les dernieres années en France, pour enseigner a la Sorbone. J'etais professeur. »
    « Je vois… Ho moi je n’ai jamais pu finir un livre de plus de cinquantes pages. Au bout de cinq, je m’arretais prétextant que j’avais mal à la tete. »

    & je ris nerveusement. Oui c’était risible… Une ancienne professeur cultivée et intellectuelle… Qui rencontre une danseuse de balet à la limite de l’illétrisme… Enfin… Peu lettrée du moins. Oui, non, oui mais non. [Oui… on a compris…] Fallait pas exagérer. Je n’étais pas totalement inculte. Mais pas vraiment intellectuelle. Moi mon fort c’était la musique. La danse. Les cabarets. Elle c’était les livres. Les études je suppose… [Oh, quelque chose en commun : Les clopes ! #& je me rendors.#] C’était risible… Ou peut etre que non… ? Enfin, qu’importe. Mais dès lors qu’elle avait commencé à parler d’elle, elle devait en dire plus. Je penche alors la tete, souriant d’un air niais et baissant les yeux. De ma main, je rajustais une de mes mitaines que je remontais jusqu’au coude. Je… N’avais peut etre pas envie… que la si belle inconnue remarque mes stigmates. Je savais que ça en effrayait beaucoup… Oui ces longues balafres que mes lames ont causées. Ces sillons abreuvés de mon sang que mes larmes ont creusés. Rouge à lèvre carmin, rimmel et fard à paupières. Je devais ressembler à toutes ces femmes belles de nuit. Celles que l’on ne remarque que dans l’obscurité. Ou que l’on aime que pour les charmes de son corps. Mais vous savez… Des blondes suicidaires, il n’y en a pas cent…

    « Je suis née à Périgueux. Mais j’ai vite quitté la France pour les Etats-Unis. Avant de migrer à Londres. Je trouvais… Les anglais… particuliers… Mais je m’y suis vite habituée en fin de compte. »

    Oui c’était parti pour les racontages de vie en direct. [3615 ?] Mais après tout… Il faut bien faire connaissance. Non ? La brise souffla dans la ruelle, pendant que je rajustais mes guetres et mes bracelets. Puis j’esquisse un frisson. Elles sont belles quand elles ont froid… Elles sont belles…

    « Vous n’avez pas froid ? »

    Sa voix était douce. Un rien tremblante comme quelqu’un qui n’oserait pas parler. Oui j’avais froid. Mais je n’allais pas lui dire. Si elle était gentleman, je n’étais pas lady. Je secouai alors la tete, me forçant à lui offrir un sourire que je fis le plus convaincant possible. Pourvu qu’elle y croit. Et nous parlions. Brisions un silence que j’aurais jugé propice. Et un silence m’entourait. Mais parle encore bel ange. Ta voix est si douce… Ma main est si froide et mon cœur transi de froid. J’ai besoin d’attention. Je crois… que j’ai besoin… De toi ? Mais manquer d’amour n’est pas un crime… N’est-ce pas ?

    Don’t come easy to me. Don’t cry for me. For me to say I love you. Just believe. Please forgive me. You’re beautiful. Don’t cry for me. For me to say I love you… Just say I love you…
    Moi aussi j’avais eu une enfance. Moi aussi j’avais eu un passé. Aussi lourd soit-il. Mon père. Pasteur protestant et ma mère, fervente catholique. Déjà j’étais le fruit d’une union de deux caractères diamètralement opposés. Et de deux religions complètement différentes. Je suis devenue chrétienne. Je me souviens encore… Je récitais Ave Maria tous les soirs avant de me coucher… Et la nuit, je me voyais parler à Dieu. Il est bien loin ce temps de l’enfant prodige. Il est bien loin ce temps de l’enfant élu. De l’enfant prophète. J’ai appris depuis, que je n’étais bonne à rien. Pourtant… Cette nuit… Alors que je n’avais plus d’espoir, j’avais lu ma religion dans son regard… Oui dans le brun éteint de ses yeux. Mon premier amour. Ma première étoile. Mon père. Quoi c’est malsain… ? Ho depuis j’ai réglé mon complexe d’Oeudipe, je vous rassure… Mais il avait été le premier homme sur lequel j’avais fantasmé. Ho on dit que les petites filles disent vouloir se marier avec leur père… C’est vrai… Mais moi j’avais sept ans lorsque je disais ça. Bref, je m’égare. A mes seize ans, j’ai fugué. J’ai quitté le manoir familial. & je ne regrette rien. Oui oui, c’est encore le 3615. Hum… Revenons au sujet ?

    « Moi j’ai longtemps erré dans les rues de Londres… Puis… lorsque j’ai pu danser aux folies bergères à Paris… J’ai accepté. La semaine je danse ici. En Angleterre… »
    Un soupir de lassitude. Ma voix tremble. Elle chante comme un murmure dans la nuit et en brise les silences tout autour.

    « D’où ma tenue… »

    Et quoi que tu fasses, l’amour est partout où tu regardes… Dans chaque reve où tu t’attardes. On s’en ira sur les memes quais, les yeux dans les memes reflets. Tu seras mon unique projet. Sur tous les murs ou tous les palais, dessus j’écrirai… que seule la lumière pourrait… te regarder. Que seule la lumière pourrait… te mériter.

    Et dans un geste provocateur, je m’approche lentement de la belle étrangère. De ma belle étrangère… Je bats des cils, mon regard glisse sur son corps. J’avance ma main que je plaque sur son cou. Toujours aussi délicatement. Charmer. Convaincre. Séduire. Charmer. Convaincre. Séduire… [On a compris…] Je savais faire. C’était peut etre la chose que je faisais le mieux… Je suis une femme. Elle aussi. Et alors ? Ca vous choque… ? Allez vous faire… Hum. Il y a des mineurs. [*sbaf*] De toute façon… Vous savez… L’amour chez un homme n’est bien souvent qu’un vice qu’on cultive. N’est-ce pas ? Moi-meme j’ai tellement été déçue par les hommes que j’avais souvent préféré les bras tendres d’une femme. [Vive la référence. On voit c’que je viens de regarder. *prend la porte*] Puis de toute façon… Si ça vous gene… On ne vous retient pas. La porte est à droite au bout du couloir. A la revoyure. Qui aura l’audace de tousser, je le castrerai sur le champ. [& sans anesthésie.] Bref, je m’enflamme je crois… Allons. Reprends ton calme. [Oui oui, vous ne revez pas, je me parle à moi-meme. On sent la skyzo qui s’éveille. *porte again*].

    Mais alors que j’étais à deux centimètres de ses lèvres qui depuis tout à l’heure me faisaient tressaillir de désir et d’envie, je me stoppe dans mon élan… romantique ? Mouais… Bref, mon élan. [Un élan ? Où çaaaa ? #C’est bon. Rendors-toi…#] & je me recule un rien, m’écarte de l’attirante créature qui hantait cette nuit-là. Et je me giffle intérieurement. De toutes mes forces. A m’arracher la chair avec les ongles. [Ho charmante image.]

    « Je suis femme… Et quand on est femme… On ne fait pas ces choses-là… »
    « Non, on ne fait pas ces choses-là… » & je me répète en murmurant d’avantage. [Qui a dit gateuse ? *grogne*]

    J’étais trop entreprenante. On me l’avait déjà dit… Mais qu’importait ? J’étais danseuse. Je passais ma vie à divertir les pervers et les hommes. Oui du genre humain, il y a deux sortes. Les hommes… et les pervers. Quel mal y aurait-il eu à vouloir assouvir ses désirs ? A vouloir se faire plaisir de temps en temps… Oui, vous avez vu hein… Aucune morale. Aucune. Enfin… Je n’en ais pas besoin cela dit… J’ai un corps, une poitrine et un tutu de cabaret. J’ai des cheveux blonds et des yeux bleus. J’ai du rouge à lèvre et du mascara sur les cils. Alors qu’importait d’avoir une morale… J’ai tout ce qui pouvait plaire à un homme. Et l’homme n’aime pas la morale… Certains du moins… J’ai tout ce qui pourrait plaire à des femmes. Une fibre romantique, un prénom qui fait instantanément grimper la température et un caractère de feu mélangé de secret d’indépendance et de liberté. Oh ? Moi ? Narcissique… ? Oh, si peu voyons… Non, je plaisantais… Bien sur que je plaisantais… Oupas… ? [*taggeule.*]

    « Je m’appelle Emmanuelle. Wilkinson. »

    Politesse oblige… ? Bah oui… Un minimum. Quand meme. Non c’était une question de respect. Elle me plaisait. Le tout était de savoir son nom… N’est-ce pas ? Un cœur qui bat. Un nom à retenir. Un nom à prononcer. Un nom sur un visage. Pour pouvoir la faire orgasmer, il me fallait son nom ? [Niarf. Mineurs j’ai dit ! La petite croix rouge en haut à droite ! Illico !]

    Hum. Bref. Je reprends... Mon sérieux... J'ai du mal. Pourtant... Certains racontent que c'est une rose...
    ... Que l'on piétine par hasard...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 30 Nov - 20:54



    Pour ne pas vivre seul... On vit avec un chien... On vit avec des roses ou avec une croix...
            On vit avec des roses ou avec une croix.




    D'autres font des enfants, des enfants qui sont seuls comme tous les enfants...


    Pour ne pas vivre seul, on fait des cathedrales...
        Où tous ceux qui sont seuls s'accrochent a une etoile.



    & C'est dans cette ruelle obscure que je rencontre peut être ce qui sera ma vie. Je dis bien peut être, car pour moi plus rien n'est sur ici bas. Plus rien... Ne m'attire , je ne fais plus confiance. Vous savez ce que l'on dit. Les plus belles des roses ont des epines. Ma vie etait comme l'une de ces roses magnifiques, qu'il n'aurait jamais fallu ceuillir. Mais les roses sont jalouses, les roses sont possessives.... Et les roses se fanent. Ma vie ,elle s'est fané bien trop vite.

    Mais aprés tout j'ai connu la gloire dans le milieu professoral, pour mieux retomber en enfer... Dans la pire des géhennes. Depuis , mon existence c'est un Pandémonium... Quand on perd tout ce qui compte entre ses vingts et ses trentes ans, on perd aussi le gout a tout... Et on trouve un gout particulier pour l'alcool et les clopes. Pour les filles faciles... Je ne m'attaches plus. Je ne m'attacherais plus. Je ne sais plus faire.

    « Je vois… Ho moi je n’ai jamais pu finir un livre de plus de cinquantes pages. Au bout de cinq, je m’arretais prétextant que j’avais mal à la tete. »

    & J'esquisse un sourire... Non, je ne me moque pas d'elle. Loin de moi cette idée. Elle me fait penser a quelques etudiants que j'avais pu avoir. Elle devait avoir d'autres passions. Pas tout le monde aimait les livres. Pas tout le monde aimait etudier. Pas tout le monde n'aimait mener la meme vie que moi.... Nous n'etions pas les memes. Mais elle etait belle. Elle avait quelque chose de plus que ces autres gamines perdues qui ne savaient pas lire.
    Elle. Elle semblait avoir d'autres talents. Elle etait belle surtout. Quoi ? Oui, je ne niais jamais la beauté, & je ne niais pas que la beauté me charmait. & Puis... Qu'importe?

    " Je vois."

    Que lui dire de plus ? Vous auriez du lire mademoiselle. La lecture forge l'ame ? Mais l'ame de certains se ferme a la lecture. Lire n'est pas la vie... Je l'avais appris avec le temps. Les livres... Ce ne sont que des choses qui nous permettent de nous envoler. De nous evader. De.. Qu'en sasi-je ? Moi, j'avais vecu dans les livres.... Mais le plus important a vivre... C'est de vivre au jour. Les Livres ne sont pas des toujours.

    " Ce ne sont pas les livres qui sauvent les hommes.... & qui changeront le monde de toute maniere."

    Voila. J'avais le discours d'une vieille aigrie. En meme temps je l'etais. Vieille aigrie avant l'heure. Je passerais ma vie a me complaindre. Tant pis. Qui saurait ? Qui saura ? Qui pouvait savoir aprés tout? Vous connaissez cette sensation d'arriver au sommet pour mieux retomber ensuite. C'est le supplice de Sysiphe, a part que depuis moi, je ne remonte plus. Je ne veux plus remonter d'ailleurs. Heureusement qu'il y'a le reste de ma vie. Les recherches sur le terrain. Mais .. J'ai perdu ma credibilité aussi. Je ne suis qu'une pauvre Prof renvoyée.

    Mais elle parle. & j'aime l'ecouter. J'aimerais l'ecouter d'avantage. J'aimerais l'ecouter toujours. Peut être que je suis sous son charme. Peut être... Que c'est trop tard. Que j'ai succombé. Mais je suis dangereuse en amour... En Amour ? Qui parle d'amour. Je ne parle que d'une attirance... Parce que je suis attirée. Voila tout. & les choses qui m'attirent me font perdre les pedales. C'est comme ça que tout a commencé... Je... Je devrais partir... Non. Je devrais juste arreter de penser. C'est trop dur peut être ? De ne plus penser pendant un court moment....

    « Je suis née à Périgueux. Mais j’ai vite quitté la France pour les Etats-Unis. Avant de migrer à Londres. Je trouvais… Les anglais… particuliers… Mais je m’y suis vite habituée en fin de compte. »

    Elle est belle quand elle parle & je pourrais ecouter sa vie. Longtemps. Parle encore bel ange. Mais Roméo & Juliette c'est eculé comme citation. Alors qu'elle parle. Mon Ange des rues. Sauveuse de ma nuit. Car c'est ce qu'elle serait ce soir pour moi ? Une lumiere au bout de ma nocturne avancée... Peut être. Je lui demande si elle a froid... Elle me repond que non. Ca n'est pas ce soir que je trouverais ma Lady. Car elle tremble. Mais je ne veux pas la froisser. Je ne jouerais pas aux gentleman des temps modernes, ces histoires depassées n'arrivent qu'au cinéma. Mais peut etre que si... J'etais un homme... Je l'aurais fait ?

    « Moi j’ai longtemps erré dans les rues de Londres… Puis… lorsque j’ai pu danser aux folies bergères à Paris… J’ai accepté. La semaine je danse ici. En Angleterre… »

    « D’où ma tenue… »


    Sa Voix tremble. Elle n'en est que plus belle & je laisse mon imagination courir. Je l'imagine danser. Dans sa tenue legere. Elle doit être belle... Elle doit être si belle... Alors je la regarde encore, et je lui souris. J'ai envie de l'entendre parler. Envie de lui parler de moi. Envie de partager cette nuit avec elle... Dans... Le sens qu'elle desire d'ailleurs. Car patager une nuit peut se faire de tellement de sortes que je n'ai pas besoin de vous faire un dessin. Non.. Je ne crois pas...

    & Pour toujours j'enverrais tout valser, si elle m'accordais une nuit, une danse... Privée... ?

    " Vous devez être belle quand vous dansez mademoiselle."

    Je rougis. Je n'aurais pas du dire cela. Les mots qui sortent nous font paraitre pitoyables... Je ne suis qu'une pauvre nouille. Les concepts sont repris. Tous les mots sont clichés. & je n'ai jamais aimé les clichés. Pourtant j'en suis bien souvent un... Le cycle de la vie est absurde & ironique parfois... Mais vous le savez bien assez. Je n'ai pas besoin de vous le dire... Mais si les mots sont inutiles pourquoi continuer a parler... Parfois j'aurais aimé être muette... Ca m'aurait evité bien des ennuis...

    Parfois....

    Pourtant parfois les mots quand ils sont pour des être speciaux... Glissent naturellement... Les mots... Les gestes.... Sans les mots que sommes nous?

    " Moi j'ai... eu une vie tellement faite de voyages que je ne sais pas si ça serait interessant de vous en parler."

    Je tremble un peu. J'ai froid. Et j'ajuste mon manteau autour de moi. [Ou peut être que c'etait un blouson, je ne sais plus trés bien... En tout cas, ça couvre.]

    " L'Angleterre, je l'ai connu a 8 ans dans un internat stupide... Ou peut être que j'avais 7 Ans, ce n'est pas l'age qui importe... Puis j'ai... migré dans un autre internat."

    Je ne parlais pas de Poudlard. Je ne parlais pas de magie. Pour ce que j'en savais, elle etait moldue. Et la magie avait ruinée ma vie. Non... Stoppons les faux pretextes. J'avais ruiné ma vie... Toute seule. Avec mes passions & ces talents que je n'avais jamais su maitriser... Je m'etais envoyée toute seule en enfer, tout ça... Pour m'envoyer en l'air. Au final c'etait ça. La luxure etait le pire des pechés. Ou peut être que non. Mais qu'etait un peché. La notion etait abstraite. Pour moi, le christianisme ce n'etait qu'une autre de ces religions, comme les mythes paiens que je cotoyais pour mon travail, par mes passions...

    " & Puis j'ai été engagée en France... Dans une prestigieuse université. Paris... la Sorbone... Mais vous devez connaitre Paris n'est ce pas."

    Une lueur brille sur mon visage. La lueur des souvenirs. La Flamme des temps passés. J'etais toute jeune encore quand j'avais été engagée... & je me souviens encore avoir sauté de joie. J'avais senti mon coeur battre si fort que je pensais que ma poitrine exploserait. J'etais vraiment heureuse. Pour la premiere fois de ma vie. Oui. Oui... Oui.... [ Tu radote --"] Pour la premiere fois de ma vie j'etais heureuse. Totalement heureuse. Pleinement heureuse. J'etais moi. J'etais si bien. J'etais.... heureuse.

    " Tout etait si beau alors.... Puis tout s'est cassé. Maintenant je... Je parcours le monde a la recherche de l'invisible."

    Un leger sourire sur mes levres pour cacher l'amertume de ma vie. c'etait une assez belle maniere de formuler ce que j'etais. Je chassais l'inexistant... Ou le disparu. J'etais une chasseuse de mysteres & de chimeres. J'etais... Je ne sais meme pas ce que j'etais. Mais j'etais certaines que ce soir, j'avais trouvé bien plus interessant que mes merveilles du monde antique. Parce qu'elle me fascinait. Elle... avec ses cheveux blonds & son rouge a levre carmin. Elle. Avec sa tenue legere et ses allures de danseuse... Elle... avec ses mots ... Si differente de moi.

    & Pourquoi est ce que je lui parle de moi ? Elle m'a parlé d'elle aprés tout. Ca n'est qu'un juste retour des choses... Je crois. Ca n'est qu'un juste retour des choses.... Alors je la regarde. A demi tendrement. & elle bouge, & elle s'approche, & mon regard se fait souriant. Je la regarde. Je laisse mes yeux courir sur les formes de son corps. Je la laisse m'envouter. Je la laisse m'enivrer. & alors qu'elle pose sa main dans mon cou, qu'elle s'approche de moi. Je sens mon coeur qui bat a nouveau. Comme si il s'etait arreté de battre pendant quelques instants. Vous savez... L'adrenaline qui monte. L'impression que rien d'autre n'a de sens que le gout de ses levres. Seront elles sucrées ? Seront elles ameres ? Pourrais je y gouter encore ? Quelque chose bat en moi, vous savez cette impression de franchir une barriere invisible, ce sentiment qui vous prend les tripes quand quelqu'un qui vous attire s'approche de vous pour vous embrasser... Des papillons. On dit que ce sont des papillons qui battent dans le ventre. Je penserais a des feux d'artifices... Je ne saurais ... mettre de mots sur ce qui se passe en moi.

    Mais elle s'arrete ... Deux secondes de plus et j'aurais... Eté liberée de cette obsession de ses levres. On ne desire que ce que l'on a pas... N'est ce pas ? Alors je la desire encore... Pourquoi s'etre arretée. Elle se recule et murmure... Elle semble s'en vouloir. Je ne sais pas trop. Ce dont je suis sure moi. C'est que j'aurais aimé continuer. C'est que j'aurais aimé pouvoir dire que j'ai possedé ses levres au moins une fois dans la nuit. Traitez moi de ce que vous voulez. Je suis folle. Je suis impulsive. Je suis violente parfois. Je suis sarcastique... Mais je sais aussi être douce... Obsessivement passionée... Et je suis une clichée d'amoureuse transi. Les crimes qui nous damnent sont les crimes de la passion aprés tout n'est ce pas ?

    « Je suis femme… Et quand on est femme… On ne fait pas ces choses-là… »
    « Non, on ne fait pas ces choses-là… »


    Ses mots font chavirer mon coeur. Et je tends une main vers sa joue. La caresser delicatement. Qu'elle soit une femme n'est pas ce qui me derange. Rien ne me derange d'ailleurs. Hommes... Femmes. Le choix est vite. Entre la brutalité & l'obsession animale, ou la Jalousie & la tendresse. Mon choix a moi il est vite fait. Bien sur les femmes sont des salopes. Bien sur il n'y'a rien de pire qu'une femme qui vous deteste. Une femme... C'est tellement violent. C'est tellement mauvais. C'est tellement... Mesquin. Une femme... C'est tellement dangereux. Mais la femme... C'est doux aussi. C'est le peché, c'est la tentation... C'est la douceur & la tendresse. Bien sur c'est obssessionel une femme... C'est possessif la plupart du temps... Mais une femme.... Ca a ce romantisme des amants perdus, que les hommes ne savent plus avoir. Alors voui... J'aime les femmes. Disons ce qui est. Le sexe avec les hommes... Je n'ai jamais été contre. Mais les hommes... Je ne supporte pas leurs baisers. Je ne supportes pas leurs vides mots d'amour. Oui j'aime l'amour avec les hommes, mais l'acte pas les sentiments. Jugez moi bizarre... Ce n'est pas ici que vous trouverez mon repentir ou quoi que ce soit.

    Alors je caresse tendrement sa joue et je l'attire vers moi.

    « Je m’appelle Emmanuelle. Wilkinson. »

    Ne m'avait elle pas deja dis son nom ? Je ne sais plus. La nuit cache ses secrets aprés tout. La nuit est notre manteau. La nuit est notre guide, notre refuge a la fois. Cette nuit, c'est elle et moi. & le temps n'existe plus.

    " Alexis. Alexis Jean Bennett. "

    Et je laisse ma main caresser sa joue et descendre sur son cou & je m'approche d'elle. Je ne suis pas de ces femmes timides qui ne savent pas oser. Ou peut être que si. Mais la nuit , cette nuit, m'a oté cette part de moi timide. Ne laissant que le romantisme & la passionement.

    Je m'approche, tendrement. Et j'approche a mon tour ,mes levres des siennes. Ma main dans mon cou. L'autre main, la gauche... & oui, je suis droitiere... Ah c'etait le detail qui sert a rien.... L'autre main donc, je la pose sur sa taille. Et je l'embrasse. Mes levres trouvent les siennes dans un baiser... Le plus delicat des baisers. Qu'est ce qu'un premier baiser si il n'est pas delicat aprés tout. La passion vient ensuite. J'ai toujours pensé cela.
    La passion... Vient de la douleur... Non pardon, elle vient de la douceur. Mais aprés tout... Les sentiments font soufrir... Alors oui. La passion vient de la douleur.

    & Je goute a ses levres carmin. & Je sens mon coeur qui tressaille... Peut être qu'embrasser... C'est creuser le plus profond des trou ou l'on tombe.

    " Les Femmes aussi... Parfois... Peuvent oser ces choses la."

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Ven 1 Jan - 21:01



    & malgré tout… Malgré tout ce qu’on nous dit….
    On goute à l’opium d’aimer quand meme…
    Parce que… C’est pas marqué dans les livres… ?



    ___________________________________________________________________________



    " Je vois."
    C'est quelque chose de simple. Quelques mots. Deux mots. & pourtant je suis enchantée. Je ne sens plus rien. C'était comme si j'habitais un corps qui ne ressentait plus rien. Elle était belle. Elle était femme. & je crois que c'était une rose... Puis elle me parle. Parle encore. S'il te plait, oh parle moi encore...

    Ne me parle pas d'amour si tu ne trouves pas les mots... Mais parle moi de toi... Parle moi de tes anciens élèves, de ta vie, de ton passé, de ton présent, de ton futur. Je pourrais tout entendre d'une aussi jolie femme...

    Je me sentais clocharde devenue millardaire. J'avais en face de moi la plus belle femme qui puisse exister sur terre. Et je chanterais et danserais pour elle jour et nuits. Des heures entières devant sa glace. Je jouisserais de chacun de ses mouvements et pleurerais de ses chagrins. Il y a quelque chose qui se casse en moi mais je ne sais pas ce que c'est... il me semble que c'est de l'orgueil... peut etre...?

    " Ce ne sont pas les livres qui sauvent les hommes.... & qui changeront le monde de toute maniere."

    Non... Je le sais ça... mais comme ça doit etre bien de se dire qu'on ne vit que pour ce qui est écrit dans les livres... Alors que le plus important la plupart du temps ne s'y trouve pas...

    " Vous devez être belle quand vous dansez mademoiselle."

    " Pas aussi belle que vous. "

    Puis elle poursuit. Je crois que... je suis tombée... pour une inconnue... je me brule et je m'enflamme pour ses yeux... d'étrangère... ses yeux sont des ailleurs... aux rives d'un été... qui rallume en mon coeur les soleils oubliés.... Oui ses yeux sont des iles où mes reves aimeraient s'exiler... Ses yeux me rappellent... tous les vols d'hirondelles...

    " Moi j'ai... eu une vie tellement faite de voyages que je ne sais pas si ça serait interessant de vous en parler."

    Ses yeux sont des poèmes qui se lisent en silence... Ses yeux pourraient etre ma chance... s'ils me disaient je t'aime... ?

    " L'Angleterre, je l'ai connu a 8 ans dans un internat stupide... Ou peut être que j'avais 7 Ans, ce n'est pas l'age qui importe... Puis j'ai... migré dans un autre internat."

    " & Puis j'ai été engagée en France... Dans une prestigieuse université. Paris... la Sorbone... Mais vous devez connaitre Paris n'est ce pas."

    " Tout etait si beau alors.... Puis tout s'est cassé. Maintenant je... Je parcours le monde a la recherche de l'invisible."


    Elle me caresse. & elle m'attire vers elle. Je perds le Nord. Le Sud. L'est et l'Ouest. Je perds tous mes moyens... Je crois que je suis perturbée... elle me perturbe... ses yeux me rappellent tous les vols d'hirondelles... alors je me répète, babache que je suis.

    « Je m’appelle Emmanuelle. Wilkinson. »
    " Alexis. Alexis Jean Bennett. "

    Oh la gourde... Je l'avais déjà dit n'est-ce pas ? Muh... Je... j'ai pas bu, promis... Qu'importe. Je la fixe. Tendrement. & le clair d'une lune à laquelle j'aimerais parler semble soudain briller pour nous. La paleur du ciel d'après la pluie est jalouse de la beauté d'Alexis. La lune aussi est jalouse... Tous sont là, à l'épier...

    " Les Femmes aussi... Parfois... Peuvent oser ces choses la."

    Elle m'embrasse. Elle goute à mes lèvres. Je goute aux siennes. Est-ce que ce serait vrai... ? Le bonheur serait-il vraiment à prendre... ? Je ne sais plus. Je crois que je suis tombée pour elle. & elle chauffe mon coeur à l'aiguille rougie. Elle brule ma poitrine avec ses mains de souveraine. Elle m'enflamme avec son regard de braise qui éclaire la nuit noire.

    " Je.... "
    " voulez-vous rester avec moi pour la nuit ?... "

    Ses yeux pourraient etre ma chance,... s'ils me disaient je t'aime...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Mar 5 Jan - 3:36




    /


    Je dois vous avouer quelque chose. Moi… Je crois que j’ai trebuché. Ma vie etait tracée d’embuche. Je crois que je suis tombée… Mais.. Elle n’est pas une embuche. Elle est un autre chemin. Je dois vous avouer… Vous savez… Je crois que je suis tombée… Et que maintenant je me suis blessée.
    C’est une plaie qui ne se soigne pas… Non… C’est une plaie qui ne se soigne pas. Combien en sont mort ou sont devenus fous.

    On appelle ça le mal d’amour.


    " Pas aussi belle que vous. "

    Oh je crois que je lui souris… & je continue de parler. Peut être que je parle trop. Mais j’ai toujours aimé le langage. J’aimais enseigner. J’aimais ma vie. Et j’aurais tout donné pour la recuperer. Mais je crois que ce moment… Ce qui se deroule la… C’est quelque chose d’encore plus fort. Quelque chose d’encore plus beau. Alors tant pis. Tant pis si ça doit être ephemere. Tant pis si ça n’est que de la passion… Je crois que je suis tombée pour elle…

    & vous savez que j’ai raison. Une femme aussi ça ose parfois… & moi. Je ne suis pas timide. Je serais meme plutot farouche. Je suis… Spontanée & Passionée… Oui. J’ai quelques qualitées peut être.

    & Ses levres… J’y goute et je m’enflamme je crois. Peut être bien que c’est ça.. Aimer ? Brutalement … ? Ca vient, c’est quoi ce sentiment…. ? Aimer…. C’est brutal. Mais c’est beau & c’est fort. Je crois que ca fait mal… Bien sur que ça fait mal. & La Souffrance ca ne s’apprend pas. C’est pas marqué dans les livres vous savez..

    & dans les livres… Ce qu’on lit sur l’amour… C’est parfois des grosses conneries.

    Mais peut on parler d’amour… N’est ce pas que de l’atraction… ? Non. Moi je sais… Je suis tombée. … Bien trop vite bien sur. & Je souffrirais surement.

    ou peut être … Que le bonheur est a porté de main… ?

    " Je.... "
    " voulez-vous rester avec moi pour la nuit ?... "


    C’est un sourire…

    Une promesse…

    C’est un sourire… Qui traverse mon visage a ce moment… Et si elle sait lire… Les sentiments elle peut voir tout ce qui se cache dans mes yeux…

    C’est un sourire…. Une promesse… Et du bonheur que je lui offre…

    & glissant ma main sur sa joue je l’embrasse une nouvelle fois. C’est doux. C’est tendre… & C’est un sourire que je fais pour elle. Peut être que ma mauvaise humeur après tout… Je pourais… La contenir. Elle… pourrait meme être celle… Qui la ferait disparaître.

    « Oui. Je… le veux. ? »

    Ca fait peut être un peu trop solennel comme ça…

    « Je… Oui. »

    & Je bredouille quelques mots… Je rougis peut être un peu, et je l’embrasse a nouveau.

    « Peut être… meme plus… »

    Je baisse les yeux au sol…

    « Si vous… Me le permettez. ? »

    & … Offre moi… Un… Peu… de tendresse ? Une main tendue… Quelque chose qui me retienne. Je sombre… Dans tes yeux… Dans mon cœur.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Sam 9 Jan - 17:22



    & malgré tout… Malgré tout ce qu’on nous dit….
    On goute à l’opium d’aimer quand meme…
    Parce que… C’est pas marqué dans les livres… ?



    ___________________________________________________________________________



    « Oui. Je… le veux. ? » « Je… Oui. » « Peut être… meme plus… » « Si vous… Me le permettez. ? »

    Ce n'est qu'un murmure dans le silence de la nuit. Ce n'est qu'hallali dans le silence de mes jours. Dans le silence de mes nuits. Je suis comme un enfant. Je chante. Je danse. Et puis je fume. Mais ce soir, c'est sa voix qui m'appelle. C'est son parfum qui m'enivre. Ce sont mes reves exsangues qui tanguent sur ma vie.

    J'avoue. J'en ai. Bavé. Pas vous. Mon amour.. ? Avant D'avoir Eu vent. De vous. Mon amour. Ne vous déplaise... En dansant la Javanaise. Nous nous aimerions... Le temps d'une chanson... ? A votre
    Avis. Qu'avons-nous vu. De l'amour. De vous. A moi. Vous m'avez eu. Mon amour...

    Ne vous déplaise. En dansant la Javanaise . Nous nous aimerions. Le temps d'une chanson... ? Hélas. Avril. En vain. Me voue. A l'amour. J'avais. Envie. De voir. En vous. Cet amour. Ne vous déplaise. En dansant la Javanaise. Nous nous aimions. Le temps d'une chanson... La vie. Ne vaut. D'être. Vécue. Sans amour. Ne vous déplaise. En dansant la Javanaise. Nous nous aimerions. Le temps d'une chanson... ?

    Elle goute à mes lèvres. Je goute aux siennes. Mais les mots sont usés, comme écrits à la craie. Et je ne sais plus parler. D'ailleurs, l'amour sans parole c'est beaucoup plus beau non... ? Les silences disent beaucoup... Les mots trahissent et tuent... Mais pour elle, il me semble que je danserais jour et nuit. J'aurais envie de voir en vous...

    Moi je me croyais de marbre. Et voilà que je m'enflamme et me consume... Pour les yeux d'une étrangère... ? Je brule pour elle, comme une paienne... Et pourtant.... ? Je ne suis pas une femme bien... Je ne suis qu'une pauvre danseuse de cabaret.... Je danse pour vivre. Je vis pour danser... Mais l'amour c'est peut etre ailleurs que je le trouverai finalement... ?

    Je prends ses mains. Et je les plaque contre ma poitrine. Contre mon coeur. Blottis toi. Laisse moi panser les blessures de ta vie et les blessures de ton coeur. Je sais qu'il saigne. Un coeur ça sert à ça...

    " Restez... avec moi... "


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Dim 10 Jan - 20:48




    /


    & peut être que les tapis de roses sont fait d’epines. Peut être qu’il faut franchir les milles et une etapes de la souffrance, pour enfin toucher le bonheur. Mais le bohneur… C’est une croix comme une autre sur des parcours tracés d’enfer.. Mais le bonheur… C’est quoi ?
    A quoi bon vivre… Dis moi… ?
    Mais le bonheur…. C’est …. Quoi ?

    Est-ce qu’on le connaît… Est-ce que l’on peut savoir quand on le touche du doigt…. ?
    J’avoue. La vie c’est pas toujours facile. J’avoue… la mort des amours… ca cede la place a un autre. Ou pas. J’avoue j’ai fais que souffrir , j’ai touché le bonheur du bout des doigts pour sombrer dans les pires profondeurs. J’ai touché la gloire et la renomée… Oui je suis aigrie.

    Vous seriez pas aigri vous ? De prof respectée en sorte de paria… Parce que j’ai quelques pouvoirs… Non. Vous seriez pas aigri vous ?

    Bah moi je le suis. Et en plus de ça. Je suis d’une humeur detestable. Mais elle… la Belle Emmanuelle… Elle a le chic pour que mon humeur se calme en sa presence. Je crois que j’ai peut être trouvé ma … perle ?

    Et on s’embrasse… Dans le silence… Car le silence vous savez…. C’est quelque chose qui dit beaucoup…

    Par tous les dieux… Je crois que je l’aime.

    Par tous les dieux du ciel & de la terre… C’est possible d’aimer vraiment alors ? le coup de foudre… Ca existe ?

    Et mes mains plaquées contre son cœur, je la regarde tendrement. Elle me murmure de rester et j’ai envie de lui crier mes peines. J’ai envie de lui faire des serments, j’ai envie de tellement de choses que je ne sais pas vraiment comment les dires.

    Oh…Ma Belle…Ma Douce… Je vais t’aimer… ?

    Alors… J’ai trouvé une raison de vivre… plus belle que l’atlantide. Plus douce que tout le reste. C’est mon El Dorado. Ma Toxine.

    « Je reste. »

    Un sourire, je l’embrasse. Un baiser tendre & rapide… Et je l’attire contre moi , la prenant dans mes bras. Peut être parce qu’elle a froid. Peut être parce que j’ai besoin de la sentir contre moi pour prendre conscience que tout ceci est bien reel.

    J’ai des doutes qui m’assaillent… Ne serait ce pas qu’un songe… ? mais je me retiens… Declamer « est ce un songe ? » ca serait un peu…Cliché. Un peu moche en fait. Et bon on le sait… Moi les relations humaines… Ca a jamais été mon fort.

    « Emmanuelle… »

    Je murmure son prenom comme pour en savourer le gout, et je glisse mes doigts entre les siens. Nos mains serrées. Je la regarde tendrement.

    « Je reste…Tant que vous voudrez de moi. »

    Pourquoi… Vous… Pourquoi je ne la tutoie pas… Roh… Alexis… T’es barré dans ta tete… Moui….

    Elle est belle… Regardez la.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Jeu 14 Jan - 20:51



    & malgré tout… Malgré tout ce qu’on nous dit….
    On goute à l’opium d’aimer quand meme…
    Parce que… C’est pas marqué dans les livres… ?



    ___________________________________________________________________________



    « Je reste. » « Emmanuelle… » « Je reste…Tant que vous voudrez de moi. »
    " Restez... " " Restez... S'il vous plait... ? "

    Oui j'implore. Je l'implore. Je la supplie. Mais pour elle je me ferais tendre pour l'apprivoiser... Pour la garder, pour la défendre.... Mais je ne veux pas jurer.... Je voudrais savoir parler d'amour.... Mais je ne sais pas jurer.... Je ne sais pas parler d'amour.... ou pas avec des mots....

    Moi j'ai passé mes nuits blanches à rever ce que les contes de fées m'ont laissée imaginer... J'ai perdu mon enfance dans la rue... Avec des illusions déçues.... Je suis tombée plus bas que la poussière... Et à la terre entière j'en voulais et je me taisais... J'avais laissé jusqu'à ma dignité.... sans plus rien demandé qu'on vienne m'achever....

    Et là... Elle m'enlace. Elle m'embrasse. Et c'est moi qui défaille. Je serais la plus douce... pour la décider..... La plus inspirée, la plus folle... tu ne pourras jamais m'oublier.... Alexis.... Belle Alexis.... Sourire dans ma nuit. Lumière sur mes chemins les plus sombres...

    Et un jour une femme.... dont le regard me frole... me porte sur ses épaules comme elle porte le monde... et jusqu'à bout de force... recouvre de son écorce mes plaies les plus profondes.... Puis un jour une femme met sa main dans la mienne... et jusqu'au bout d'elle meme... me prouve qu'elle m'aime, par l'amour qu'elle innonde....

    Je ferai un domaine... où l'amour sera roi, où l'amour sera loi... où tu seras reine... Ne me quitte pas.... ?

    Je me ferais géante, pour l'impressionner... Je lui construirais des moments comme des morceaux d'éternité.... Mais je ne sais pas parler d'amour.... Je trouverai en elle un avenir peut etre... et surtout l'envie d'etre ce qu'elle attend de moi.... Et un jour cette femme... me portera sur ses épaules.... comme elle porte le monde.... et jusqu'à bout de force... peut etre recouvrira de son écorce mes plaies les plus profondes....

    Tu sais, je ne sais pas comment te le dire... Je crois que je suis barge.... je crois que j'ai trop souvent vu les dégats de l'amour. Et je ne trouve jamais les mots. Je ne vais plus parler. Je ne sais plus parler. Je voudrais me cacher pour te regarder danser et sourire. Je voudrais tellement de choses... Et peut etre meme que... elle me laissera devenir l'ombre de son ombre... l'ombre de son chien... ? Mais.... ne me quitte pas....

    Ne me quitte pas.... ? Et alors qu'elle entrelace nos doigts, avec une tendresse infinie... Je me mets à pleurer. Je me mets à bruler. Je brule pour elle... comme une paienne... Ne me quitte pas... Ne me quitte pas....
    & un jour cette femme.... mettra sa main dans la mienne....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Dim 24 Jan - 15:09




    /



    S’il te plait restez… Parce que tu sais … Si je m’en vais… Si je me detruis… C’est ce que ma vie est faite d’erreur.. S’il te plait restez… S’il vous plait pardon… Elle me demande de rester, et au fond de mes yeux se lit ce que mon cœur cache. Je ne veux plus partir. J’ai trouvé ma demeure, j’ai trouvé… ma raison d’être… Mon ElDorado… Mon Atlantide. Elle est la cité perdue dans la quelle je veux deposer mon cœur. Et pour elle… Moi. Je tomberais en Esclavage. De ses sourires, de ses visages… Je serais… prete à tout ? Aller jusqu’au bout du monde… ? Lui ramener des perles de pluies… venues de pays ou il ne pleut pas. Je pourrais faire tellement… Mais regardez, je me perds en mots insensés devant une si belle femme… Que l’on me juge, que l’on me damne… Mon ame est deja defaite de toute façon. Mais je lui offre mon cœur cette nuit.

    Et je la serre dans mes bras.

    Et je la tiens, tout contre moi, en l’embrassant encore. Glissant mes doigts dans les siens. Dans ses sourires, je vois… des sourires lointains. Je vois peut être le bonheur, et je sais que ça existe… Si le bonheur existe je le touche du bout des doigts… Dans ses yeux. Dans son regard… Dans son visage.

    Et peut être que je tremble… Parce que je ne sais pas aimer.

    On m’avait dit… te pose pas trop de questions, tu sais petite , c’est la vie qui repond… A quoi ca sert de vouloir tout savoir, regarde en l’air, et vois c’que tu peux voir…

    A elle aussi, j’suis sure qu’on lui en a dit, des belles histoires… Tu parle que des conneries. Alors maintenant, on s’retrouve sur la route, avec nos peurs, nos angoisses et nos doutes.

    Et je la serre tout contre moi. Mes mains dans les siennes… Mes doigts contre les siens.. .Et peut être que l’amour c’est si fragile … Peut etre que c’est comme un fil, un cheveux qui se coupe… Et on marche tous plus ou moins au bord des precipices…

    C’est peut être ça aimer… Sentir son cœur qui tombe et qui quitte son corps.

    Qu’est ce que je sais de l’amour moi… ? Je n’en connais que le charnel et la haine.. Qu’est ce que je sais de l’amour… ? Est-ce que tu peux m’apprendre ?

    Et je la regarde, avec des grands yeux humides. Peut être que la tendresse c’est a portée de main… Peut être que le bonheur n’est plus si incertain… ? Et si mon avenir se trace…

    Est-ce qu’il se trace avec elle ?

    J’aimerais tellement… Que cette nuit soit notre nuit… Mais ne soit pas que ça. J’aimerait tellement… Que cette nuit m’ouvre les bras d’un avenir sans encombres… Mais les encombres ça vient toujours. Alors peut être…

    Peut être que j’ai encore le droit de rever… ? Peut être que la vie c’est pas ce que je fais depuis des années…

    C’est quoi… vivre ?

    Et je chasse mes pensées obscures… Mais je n’y arrive pas. Alors je serre ma main dans la sienne… Comme si je ne voulais plus qu’elle m’echappe.

    « Sois ma lumiere… ? »

    J’esquisse ces quelques mots, murmures dans la nuit sombre, et je fremis un peu. Le froid… La peur peut être…

    « Je ne sais plus… aimer ? »

    Et je semble a une desesperée, les yeux humides & vagues… Et peut être que j’ai peur. C’est pour ça que je tremble. Ne me laisse pas…

    Ne me laisse pas dans le froid.







Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Emma' Wilkinson'
« Danseuse de cabaret moldu. » Danseuse aux Folies bergères. ;


Messages : 15
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Lun 1 Fév - 19:11



    & malgré tout… Malgré tout ce qu’on nous dit….
    On goute à l’opium d’aimer quand meme…
    Parce que… C’est pas marqué dans les livres… ?



    ___________________________________________________________________________


    Elle est belle... Belle à mourir.. belle à choisir... un jour de mourir pour elle... Elle porte une robe légère, un peu de soie... Elle est belle.. Belle à crever... & je crois que je choisirai un jour de mourir pour elle... Que sont les yeux des hommes.... quand les siens me regardent... Ils brulent comme un ange en enfer, comme un ange sur la terre, comme un ange de lumière... Ils brulent.. .?

    Est-ce qu'elle m'aimera toujours... Jusqu'à la fin du dernier jour... ?

    « Sois ma lumiere… ? » « Je ne sais plus… aimer ? »

    Aimer c'est pas si dur tu sais... Belle Alexis... L'amour c'est facile... C'est vivre avec ça qui est difficile... Je ne suis plus sure de moi. Je ne suis plus sure de rien. Et peut etre que tu mettras ta main dans la mienne... ? Peut etre que... un jour tu m'appeleras mon amour... ?

    Est-ce qu'elle m'aimera encore... Jusqu'à la fin, jusqu'à la mort... ? C'est ce que disent les gens qui s'aiment... c'est ce que veut l'amour heuerux...

    Elle me serre. Je me blottis contre son corps. Nos étoffes se froissent et plient sous la ténacité du vent. Le vent... Tu crois qu'il est plus tetu que nous... ? Il sait qu'on va plier avant lui... ? Ou pas... Qu'importe... Alexis, belle Alexis. Belle à en crever les yeux. Belle à rendre amoureux. Belle.... Belle, emmène moi avec toi... ? Loin du froid, loin de tout ? J'ai qu'une vie. Mais j'ai une vie dissolue. Une vie de débauche. Entre les cabarets, les hommes et les cigarettes, j'ai mal joué ma vie. J'ai pas su jouer mon role. J'ai raté le premier... Peut etre que je ferai mieux le deuxième... ? Au loto de l'univers, j'ai pas tiré le bon numéro... ? Oui, en fait, on s'en fout de ma vie.

    " Aimer c'est pas si dur tu sais. " " Aimer ça s'apprend... Aimer ça se réapprend... "

    Et je l'embrasse. Je crois que je l'aime. je crois... ? Aimer ça fait peur... Aimer ça fait mal. Mais c'est effrayant surtout. C'est effrayant ce qu'on peut faire par amour... C'est effrayant l'amour. [Oui j'me répète.]

    Que sont les yeux des hommes... quand les siens me regardent... ils me brulent comme un ange en enfer,... comme un ange sur la terre, comme un ange de lumière...

    Peut etre... qu'elle m'aimera encore... jusqu'à la fin, jusqu'à la mort... ?


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Alexis J. Bennett
    Ne jamais regarder en arrière


Messages : 27
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   Mer 10 Fév - 18:28




    /


    Y’a des silences qui disent beaucoup… Et peut être que ce silence entre nous c’est la plus belle des choses, peut être bien que quelque chose de merveilleux se tisse dans le silence et la froideur de la nuit. Peut être qu’avec elle j’ai trouvé une idylle… Divine idylle… Sublime idylle… ? Une Sylphide… Sois ma deesse ?

    Et peut être que je trouve en elle, le courage de panser mes blessures, ou bien c’est elle qui les pansera… Je me fais son esclave, je me fais sa prisoniere… Je suis tombée sous son charme, je suis tombée dans ses filets… Je suis tombée sous son sourire…

    Et mes mots ne semblent plus, vouloir, rien dire.
    " Restez... avec moi... "

    Et peut être que j’acquiesce...Peut être que j’ai trouvé quelque chose de nouveau, et que cette fois je ne l’abandonnerais pas. Les ratés de ma vie, ne comptent plus. Je ne raterais pas cette nouvelle chance, cette intervention divine. Elle est belle… Si belle, que je pourrais tracer son portrait les yeux fermés… Si je savais dessiner… Ou peut etre que ma ^phrase ne veut rien dire… Ou peut être que…
    Qu’en sais –je ?

    Et peut être que j’ai trouvé… Ma nouvelle voie… ?

    « Toujours. »

    Un simple mot, je lie ma main avec la sienne… Sois ma princesse… ? Sois ma deesse… Sois la femme que je cherirais et pour qui je vivrais… Peut être que je m’emballe… Peut être que je pars trop loin. Mais je serais un chevalier. Le meilleur des chevaliers servants du monde… J’ai peut être ça dans le sang après tout…. Non.

    Oui… Peut être…

    On ne peut jamais savoir tant que l’on essaye pas…

    Puis machinalement je ne sais pas pourquoi… Je pose mon manteau sur ses epaules, avec un sourire timide, murmurant simplement quelques mots. « Il fait froid. »
    J’ai peut être l’air con. Mais je ne veux pas qu’elle s’abime. Elle m’est precieuse… Et d’un coup la verité me frappe… Elle m’est precieuse.. En l’espace de quelques heures elle a prit une place importante dans mon cœur… Et ça… Ca me fait peur… Meme si je ne l’avouerais jamais.

    Un coup de vent, il fait froid. Mais j’ai survécu a pire… J’ai connu pire… Et elle est si belle… Mon cœur tout entier est rechauffé, le corps n’importe plus.

    « Emmene moi loin d’ici ? »

    Ce n’est qu’un murmure dans la nuit, et je tiens toujours sa main dans la mienne… Et je tiens toujours sa main qui me raccroche à ce que je perçois être le bonheur. … Le bonheur… C’est pas si malheureux que ça après tout.



Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p   

Revenir en haut Aller en bas
 

[NC-15] Moi je crois... que c'est une rose... qui se fane, p

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« P o u d l a r d . S c h o o l . 2. » ● ● :: ● ● . H O R S . R P . A N I MA T I O NS . D U . F O R U M . » ● ● :: > Cimetière des RP's-