AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
" Intrigues mises en place " ;; bal, sorties à pré au lard annulés pour raisons d'enlèvements et de meurtres sordides d'élèves de Poudlard. "

Partagez | 
 

 Une promenade à l'air frais du parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Une promenade à l'air frais du parc   Lun 11 Jan - 23:47

Même si l'hiver était de la partie, en ce mois de Décembre, le temps était doux et la fraîcheur de l'extérieur était réconfortante. Le soleil n'était peut-être pas présent en cet après-midi, mais rien n'indiquait qu'il ne pointerait pas le museau juste un peu avant d'aller se coucher. Même s'il ne resterait pas longtemps, au moins, il aura eu la politesse de venir saluer les quelques élèves de Poudlard qui profitait du temps magnifique pour se balader, faire des batailles de boules de neiges et se promener, en amoureux ou entre amis.

Flitwick, lui, ne faisait rien de tout ça. Non pas parce qu'il était vieux, ou bien que c'était un professeur, mais parce que ça ne lui venait pas à l'esprit. Il n'allait quand même pas commencer à lancer des boules de neiges sur les étudiants passants sans passer pour un vieux fou en phase terminale. Bien que ça ne lui aurait pas déranger... Non, Flitwick préférait se promener, respirer le bon air frais qu'offrais le parc de l'école de sorcellerie où il enseignait, où il se sentait chez lui.

Le petit homme s'approcha d'un banc où, d'un coup de baguette, la neige décolla et alla se retrouver plus loin sur le terrain. La petite neige restante fondit et assécha le banc. Puis, il s'en approcha pour tenter une première tentative : S'asseoir. Il réussit d'un coup. Il fallait avouer que depuis le temps qu'il était à Poudlard, il avait apprit à grimper sur les chaises, les bancs et les autres incommodités pour les personnes de petites tailles. C'était quand même drôle, aux yeux du vieil homme, qu'aucune commodité n'ai été installée à Poudlard, après toutes ses années. Seuls les elfes de la cuisine avaient été de l'avant en fabriquant une chaise spécial pour lui, question qu'il puisse grimper sans devoir finir sa journée à l'infirmerie...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Luka Van H'
    Miss Kangourou || Propriété de sa chouquette


Messages : 1509
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Mar 12 Jan - 0:10

    Décembre… La Neige recouvre Poudlard dans son immensité & le soleil d’hiver n’était pas au rendez vous. Décembre, quand les gens heureux s’amusent dans la neige, les rêveurs, les mélancoliques se perdent dans leurs pensées. C’est un océan blanc a l’horizon… On le voit de la fenêtre de notre salle commune. C’est un océan blanc a l’horizon, et j’aimerais m’y noyer. Mais mon esprit n’y est pas.
    je n’ai pas l’âme joueuse. Je n’ai pas l’âme gaie.. Non. Je n’ai plus envie de ces gamineries. Je n’ai que 17 ans & deja si blasée…

    C’est l’esprit lourd, que je marche alors, dans les méandres de Poudlard. Le Parc est sous la neige. Et mon esprit lui, est embrumé. Il fait froid partout… Et pas seulement en moi. Melancolia… Et l’automne, lui… Que me veut il.. ? Les rayons monotones, des lourds soleils d’automne, ont laissé mon cœur froid. C’est lyrique… Même mes pensées sont lyriques ces jours ci. Meme avant que je les crache sur mon cahier dechiré. Ce cahier que j’ai toujours sur moi… Je.. Oh. Non. Vous n’avez pas besoin de savoir.

    Alors je erre… Je vagabonde… Je me perds. Mais comment se perdre dans un parc que l’on connaît déjà si bien. Comment se perdre ? Si mes pas se retrouvent, mes pensées s’egarent, dans des dedales inéxtricables. Je suis perdue … Et mes yeux sont blancs comme l’immensité poudreuse qui crisse sous mes pas. J’ai froid dans mes converses, mais je ne les changerais pour rien au monde contre ces hideuses chaussures poilues que certaines filles de mon dortoir ont commencé a mettre…

    L’hiver… C’est vraiment le temps ou le ridicule ne tue pas. Ou alors c’est l’été… ou alors… Peut être que l’être humain aime être ridicule tout le temps… & en un sens tant mieux. Moi je ne suis personne… Pour juger. & Je sais que de toute maniere, eux aussi ils me jugent. Alors qu’importe ?

    Qu’importe tout cela… Je marche, je marche encore, mains mitainées, dans les poches du manteau que je porte sur ma robe de sorcier.

    & Je pense… A Elles… A celles qui… sont parties ? Non. Je secoue un peu la tete pour ne pas laisser mes pensées fuguer vers le sombre et la tristesse… Et machinalement je m’appuie contre un arbre, m’apretant a sortir … mon cahier, quand je remarque quelqu’un que je n’avais pas vu… oh je suis nouille parfois. J’irais trouvé un autre arbre.

    « Bonjour Professeur. »

    Oui.. bien sur que je suis polie. C’est le Professeur Flitwick. C’est notre directeur. Et je suis une adorable Serdaigle moi. Je ne peux que l’aimer. L’aimer bien… bien entendu. Qui en doute… ?
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Mar 12 Jan - 2:25

Petit frisson. Non pas parce qu'il faisait froid, mais parce que l'air était agréable. On y respirait bien, et à cette époque, c'était important de bien respirer. Vivre bouffée d'air par bouffée d'air, sans se soucier si demain, nous respirerons encore. Vivre au jour le jour, sans se soucier si demain aura lieu la dernière guerre. Vivre une vie à la fois, sans se soucier si celle-ci aura été convenablement bien remplie. Flitwick n'y pensait pas. Il n'y pensait jamais. S'il avait réussi sa mission, sur la Terre, alors, cela ferait de lui un homme heureux. Mais s'il ne l'avait pas réussie, alors, il serait porté à démoraliser sur tout ce qui l'entoure. Et ça, il ne voulait pas. Flitwick était fort. Petit, certes, très fort de mentalité.

Sa tranquillité tuait le combat d'un chant d'oiseau solitaire au soleil d'un été morne. Sa tranquillité tuait la chaleur d'une mère couvrant ses petits, dans un coin sombre, loin des regards méfiants. Il regardait droit devant lui. La vue était si belle. Des arbres, des élèves, de la neige couvrant la verte pelouse du parc, c'était l'endroit idéal pour prendre du repos. Près de lui, un arbre. Aussi ordinaire que cela puisse être, un arbre. Dégarni de ses feuilles, il est nu. Nu dans un monde où tous ses confrères le suivent. La solidarité environnementale.

Sur cette arbre, une étudiante vient s'y coller, s'y accoster. Elle ne semblait pas essoufflée, Filius en convenait donc que l'arbre ne lui servait pas de palier entre deux jogging... Non, elle semblait plutôt calme. À vrai dire, tout le monde était calme, en ce temps-ci de l'année. Soit certains étaient nerveux et apeurés par la présence proche du Seigneur des Ténèbres (il ne fallait pas croire que Filius Flitwick n'en était pas au courant), soit ils étaient calme et préféraient ne pas y penser. Oh, mais Filius ne croyait pas que c'est ce qui rendait la jeune Luka calme. Non, pas du tout. Filius, encore une fois, ne pensait pas à tout cela.


- Luka... Il fait bon de vous voir en cette magnifique journée...

C'était la nature du professeur Flitwick. Être aimable, coûte que coûte. C'était sa personnalité et personne ne pouvait le changer. Personne ne pouvait l'en persuader. Depuis la nuit des temps, depuis son arrivée à Poudlard, très peu peuvent dire qu'ils ont vu le professeur Flitwick triste, en colère ou bien atteint d'une méchanceté quelconque. Non. Ce petit professeur était le bien incarné. Il inspirait bon de vivre, de sourire...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Luka Van H'
    Miss Kangourou || Propriété de sa chouquette


Messages : 1509
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Mar 12 Jan - 11:12

    Nonchalante. C’etait peut être le mot qui me definissait le mieux. La Nonchalence. Ma Nonchalence… Et ma capacité a essayer de ne pas montrer au monde entier les tourments interieurs de mon être devasté de gamine de 17 ans. 17 Ans Deja Blasée de tout. Je l’ai dis. Je me repete… Je n’ai pas besoin de le crier aux yeux des gens, ils n’ont qu’a savoir regarder, et je ne suis pas femme a ennuyer les autres avec quelques soucis. Nan. Le monde souffre bien assez & les gens ont bien assez de leurs vies a vivre sans devoir s’embarquer dans une aventure risquée avec la mienne… D’autant plus que… Dans l’aventure de ma vie il y’a deja tellement de gens embarqués…. Il y’a…A…Qu’importe. Je n’ai pas envie d’y penser. Non. Pas envie. Pour une fois depuis quelques mois j’ai envie de faire le vide, de ne penser a rien. Alors je reste calme.

    & c’est calme que je m’adosse a l’arbre contre le quel je suis… Mon cahier entre les mains. Mais je le garde a bout de bras, il y’a Monsieur Flitwick, gentil & serieux professeur de Sortileges, & je ne suis pas eleve a manquer de respect a un prof. Non. Surtout pas a un prof comme ça… A Rogue je ne dis pas.. Et avec Alice c’est une autre histoire…. Qu’importe.

    Le Ton de sa voix etait sympathique. Mais il etait toujours sympathique. Peut être que c’etait du a sa petite taille, peut être que c’etait du à son passé que nous ne connaissions pas. Mais Filius Flitwick était un prof que l’on aimait avoir en cours, et avec qui on aimait echanger quelques mots parfois. On… En l’occurrence c’etait moi, mais je savais que beaucoup de Serdaigle, et peut etre meme d’autres eleves en pensaient autant. Diable. Meme quelques serpentard l’aimait bien…

    « Je suppose qu’il fait bon de vous voir aussi. »

    J’esquissais un leger sourire. Mes yeux étaient gris acier, comme ils l’étaient bien souvent, surtout en ces temps froids, de toute manière, a quoi bon décrire des yeux qui dans quelques minutes selon ce qui se passera ,changeront de couleurs.. Encore et encore.

    « Je ne voulais pas vous déranger professeur. »

    Et je souris encore. Timidement. Je suis timide aussi… Parfois.. Bien souvent. C’est un trait de ma personnalité que l’on a souvent tendance a oublier, car ma carapace est la. Mais oui.. Je suis timide. Et je ne sais pas quoi lui dire au professeur Flitwick. Je n’ai plus l’habitude de conversations de ce genre…
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Ven 15 Jan - 4:11

Depuis quelques temps, la plupart des occupants de Poudlard n'avaient pas le moral. Ils étaient tous déprimés pour on-ne-sait-quelle-raison en particulier. Peut-être était-ce la neige, peut-être n'était-ce pas cela. Peut-être bien qu'ils vivaient tous des problèmes familiaux, mais cela, Flitwick n'en était pas du tout convaincu. Depuis plusieurs années, une vague de jeunes dépressif arrivaient par la Grande Porte. Ils la quittaient également, pour la plupart sept ans plus tard, sous la même ambiance. La dépression. La dépression de la vie, sans doute. Ça ne pouvait s'agir que de cela. À quoi bon vivre, penseraient-ils, dans un monde autant menacé ? Comment vivre dans le corps d'un être qui doit se cacher aux yeux des gens normaux, des moldus. La réelle question, c'était de savoir qui étaient les normaux ; les moldus ou les sorciers ? Tous aimeraient bien que ce soit eux, leur race, leur monde. La vie n'était pas comme ça. La vie n'était pas aussi facile. Peut-être était-ce cela qui rendait les gens si vide de leur personnalité.

- Je... suppose ? Oh là... j'en connais une qui a besoin d'un bon remontant, ces temps-ci !

Flitwick n'en dit pas plus. Il ne lui demandait pas ce qui se passait, il ne voulait pas insister. À quoi bon brusquer une jeune femme aussi fragile ? Tout le monde était fragile, peu importe ce qu'on pouvait en dire. Le grand professeur Dumbledore l'était, l'homme dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom aussi l'était... Filius l'était. Et tous ne veulaient pas forcément en parler sous la pression. Tous n'avaient pas la même mentalité, également. L'important, selon le professeur de Sortilèges, c'était que les autres le sachent. Qu'ils sachent que ça va mal, sans poser de question. S'ils étaient prêt, ils feraient, eux, le premier pas...

- Je peux simplement vous dire, sans supposition pour ma part, que votre présence m'est d'un réel bonheur. Jamais, oh non, jamais, vous ne me dérangerai, miss Van H.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Luka Van H'
    Miss Kangourou || Propriété de sa chouquette


Messages : 1509
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Dim 17 Jan - 14:56

    Dépression.. dépression en Je, mineur. Si on peut se permettre de le dire. Ca frappe tout le monde cette chose ça. Ce fléau… Car c’est un fléau. Le Mal du siècle peut être. Avec le stress & les angoisses. Mais on ne sait jamais… Et pourquoi les gens dépriment dit… ? La tristesse… ça se mange .. ? ça sert a quoi de lutter encore pour un monde qui ne veut pas de nous.. ? Moi, d’ailleurs je ne lutte pas. Je ne suis pas sorcière, je ne suis pas moldue. Je suis une humaine avec des pouvoirs spéciaux. Pouvoirs dont je ne peux pas parler n’est ce pas ? Peut être que je ferais recenser mon don d’animagii, un jour… Ou l’autre. C’est pas préssé je crois. Je suis encore jeune, et si… Le ministère le decouvre… Tant pis ? Ils ont mieux a faire n’est ce pas au ministère… Je… pense ?

    Et peut être que la vie n’est pas facile. Bien sur qu’elle ne l’est pas. Mais j’en ai marre.. Marre de me lamenter sur mon sort. Je ne suis pas la plus mal lottie… Regardez moi, je suis brillante, assez brillante pour être un des meilleurs élements de Serdaigle, j’ai des tas de gens qui m’aiment… & quelqu’un qui m’aime à perdre la raison. Malgré son appartenance aux encagoulés psychotiques & assassins… Alors non. Je n’ai vraiment pas de quoi me plaindre. Comme Sid me l’a si bien fait remarquer un jour n’est ce pas… ?

    C’est vrai, soyons honète, je pourrais être morte, assérvie au Seigneur des Tènebres. J’aurais pu.. Je ne sais pas, être promise a un avenir plein de larmes & de sang… Ah non ça c’etait deja le cas… Et puis… Puisqu’on est honnete… Selena me manquait. Et je revais les rares nuits ou je dormais que je trouverais son assassin…
    Ce qui etait impensable, puisque meme le ministère avait echoué.

    Et Flitwick, me regardait, il ne rajoutait pas grand-chose a mes paroles. Encore une preuve qu’il etait un excellent prof, & un homme hors pair. Peut être que ces longues années sur terre lui avaient servies a cela. Il y’avait quelque chose en lui, qui me faisait dire… Qu’il comprenait. Qu’il savait ce que c’etait la vie. Une grande sagesse deriere ses grands yeux & sa petite taille.

    Un homme hors pair je vous dis. Il avait tout mon respect. Et je pense qu’il le savait. Et puis après tout, quel professeur de Poudlard pouvait dire honetement qu’il n’avait pas mon respect… Meme Alice… Mais c’est une autre histoire.

    « Je peux simplement vous dire, sans supposition pour ma part, que votre présence m'est d'un réel bonheur. Jamais, oh non, jamais, vous ne me dérangerai, miss Van H. »

    A ses mots, j’esquissais un nouveau sourire. Il avait peut être le chic pour rechauffer les froides ames des gens après tout.

    « Merci Professeur. C’est un bonheur de partager quelques instants avec vous, pour moi aussi. »

    Un leger sourire sur mes levres, je sentais mes yeux changer de couleur, okay… C’etait pas trop grave, tous le monde a Poudlard connaissait cette petite particularité de mon systeme anatomique.. N’est ce pas ? Je connaissais meme certaines personnes qui pouvaient decrypter mes couleurs. Mais ca n’etait pas le sujet. J’ignorais a vrai dire la couleur de mes yeux sur le moment.

    « Je m’excuse pour mon apparente humeur maussade… Les temps qui courent ne sont pas vraiment propices à la joie & aux chansons futiles. »

    Et … voila que je reccomencais avec mes attitudes lasses & blasée.. Mais non, j’essayais de pretendre que ça allait. C’etait… l’essentiel non. Pretendre ?
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Mer 27 Jan - 23:24

[HRP : Désolé du délai :S ]


Filius eut un petit rire. Alors que tout le monde désespérait parce que la vie allait mal, parce que rien ne fonctionnait comme prévu, lui, il souriait. La vie n'était pas un cadeau. Souvent, on disait que les parents faisaient un cadeau à leur enfant en le mettant au monde. Était-ce réellement vrai ? Une vie triste, dangereuse où personne ne peut aider son prochain... Une vie remplie d'embûches, d'obstacles incontrôlables et de morts émotionnelles ? État-ce cela, un cadeau ? Qui voudrait donner un cadeau de cet envergure à un être qu'on est sensé aimer plus que tout ? Filius, lui qui n'avait jamais eu d'enfants -ni de petite amie-, l'aurait fait. Il aurait donné ce cadeau à son enfant. Non pas pour lui offrir un cadeau empoissonné, mais qu'enfin les choses changent. Que son fils -ou sa fille- en ai marre de vivre une vie ainsi et qu'il -ou elle- décide que c'en était assez. Que la vie change, se dévoile sous un nouveau jour.

Alors que les temps étaient maussades et que tout le monde semblait miner par cela, Filius, lui, souriait. Riant, profitant de chaque journée pour sortir dehors... Marcher, marcher et marcher jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Était-ce un message subtil de sa part pour ceux qui avaient remarqué son petit manège ? Était-ce un message subtil pour prouver que, même dans les temps les plus difficiles, il fallait continuer de marcher la tête haute, de l'avant ?

Parler avec Luka, c'était toujours un réel plaisir pour Filius. Sa préfète digne de ce poste, selon lui, même si certains professeurs de Poudlard étaient contre sa nomination. Lorsque Dumbledore avait demandé la participation du petit professeur pour la nomination des préfets, pas une seule seconde le petit Flitwick avait hésité. Dumbledore, semblait-il, lui faisait confiance.


- Rassurez-vous... Je ne suis pas la pour vous chanter un chant festif... Mais, dites-moi, Mademoiselle... Comment une époque plutôt difficile peut arriver à jouer sur votre moral habituellement si fort ?

Puis Filius se tût. Non, il ne voulait pas savoir. Flitwick n'est pas le genre de professeur à questionner dans le but d'obtenir des réponses. Il a toujours préféré questionner dans le but de faire réfléchir... Et, la plupart du temps, cela fonctionnait.

- Mais... ne me répondez pas... Répondez-vous... Et j'aurai tout de même la réponse... avec vos yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey mais c'est Luka Van H'
    Miss Kangourou || Propriété de sa chouquette


Messages : 1509
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   Dim 31 Jan - 20:58


    C’est l’histoire d’une fille aux yeux clairs… Dont les yeux justement refletent les sentiments… C’est l’histoire de cette fille qui se dit tragedienne de la vie qui se joue. Elle a quitté ses parents, sa famille… Elle a renié les liens du sang et l’heredité pour vivre dans la neutralité. Pour être quelqu’un de bien.. Et la vie s’est jouée d’elle, car sur l’echiquier du monde, quand la reine noire s’est avancée, le chevalier blanc qu’elle etait est tombée sous le charme…

    C’etait le cycle de la vie. Mais elle essayait d’oublier. Elle n’avait pas a courber l’echine sous le poids de sa croix. Pas aujourd’hui… Elle etait en face du professeur Flitwick, qu’elle admirait tellement… Et elle ne pouvait se permettre de montrer des faiblesses… Car le cœur etait la pire des faiblesses de l’homme… N’est ce pas ?

    - Rassurez-vous... Je ne suis pas la pour vous chanter un chant festif... Mais, dites-moi, Mademoiselle... Comment une époque plutôt difficile peut arriver à jouer sur votre moral habituellement si fort ?

    Elle… etait prisoniere de sa vie, de ses choix. Prisoniere de tant de choses… Pourquoi je vous parle de cette fille… ? Cette fille c’est moi. Luka Van H. Mais ne nous repetons pas. Je suis brillante… 17 Ans, prefete de Serdaigle.. Excellente eleve… Un rien modeste.. Si. Si. Il suffit de me trouver dans un bon jour… Mais je ne crois pas que ce soit le sujet. Je regardais chaleureusement le professeur Flitwick, tant qu’il ne chantait des histoires de sapin roi des forets, ou d’elfes dans la campagnes, je ne prendrais pas mes jambes a mon cou. Meme si il me posait des questions…Sur moi. Ce qui etait etonant de sa part après tout…

    - Mais... ne me répondez pas... Répondez-vous... Et j'aurai tout de même la réponse... avec vos yeux.

    Oh… Je voyais. C’etait brillant de sa part en fait. Un grand homme ce professeur. Intelligent. Vraiment intelligent. Je ne pouvais que l’admirer. Le monde avait besoin de gens comme lui. C’etait un fait.

    Et je restais silencieuse un moment, me demandait si j’allais lui repondre. Si j’avais quelque chose a dire. Quelque chose qui se dise… Vous voulez que je dise quoi… ? Non.. Vraiment ? Oh.. Et bien, monsieur… Vous savez… J’ai une relation rapprochée avec une mangemort… Non vraiment… ? Y’a des façons d’annoncer ça hein… Non pas que je pense qu’il ait un probleme avec le une, ca serait plutot le coté mangemort de la chose qui risquerait de deranger ici a Poudlard. D’ailleurs, peu de gens le savaient… Maxime.. et Bella…comment aurait elle pu l’ignorer n’est ce pas ? Et… Alice. Mais Alice… N’etait pas comme les autres professeurs…

    Enfin… Je ne pense pas…

    Et je prenais une longue inspiration alors que mes yeux reprenaient leur teinte grise usuelle.

    « Quand je me suis debarassée de mes 15 premieres années d’existences en fuyant le manoir familial, en reniant mon nom et les croyances de mes parents, j’etais persuadée que je passerais les années a venir a lutter pour un certain equilibre, que je les passerais dans la neutralité… malgré la guerre. Mais la dichotomie que cause la guerre entre le bien et le mal, entre les pions sombres et les pions etincellants, ne laisse pas de place pour les temoins neutres. Selena est morte… Probablement à cause de cette guerre… Et il y’a autre chose… mon cœur a été enlevé par quelqu’un… quelqu’un actif dans l’un de ces deux camps… et je serais prete à abandonner mes ideaux pour la proteger… Et je… »

    Et je me taisais. J’en avais trop dit. Tout en restant vague. La mort de Sélena me pesait encore.. Et il y’avait cette histoire avec cette auror. Melissa , elle s’appelait Melissa… Et elle avait des methodes… qui avaient provoqués certaines choses en moi. Je… Qu’importe. Je me tenais sur une corde raide tendue entre le bien et le mal.. et en refusant les deux, je rejoignais les deux camps… En quelque sorte.

    Je n’etais pas quelqu’un d’aussi bien que ça…

    « Et je parle trop… Desolée. »
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une promenade à l'air frais du parc   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une promenade à l'air frais du parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« P o u d l a r d . S c h o o l . 2. » ● ● :: ● ● . H O R S . R P . A N I MA T I O NS . D U . F O R U M . » ● ● :: > Cimetière des RP's-